COMMUNIQUE d’Alain Le Vern, PRESIDENT DE LA REGION HAUTE-NORMANDIE

Alain Le Vern dénonce l’imposture du gouvernement 

Annoncé en fanfare à grands renforts de communication, le plan de relance de M.Sarkozy fait « pschitt » au moment de sa traduction concrète sur le terrain. Essentiellement constitué de crédits recyclés, le programme* présenté ce jour pour 53 millions d’euros (on est loin des 26 milliards!) s’apparente davantage à un plan de « petits travaux » qu’à une relance keynésienne.

Le plan du gouvernement constitue un signal désastreux pour l’ensemble des acteurs français :

          Pour les citoyens qui ne voient aucun projet susceptible d’améliorer leur quotidien

          Pour les partenaires qui attendaient une volonté et une ambition forte de l’Etat

          Pour les entreprises qui attendaient des commandes de l’Etat leur permettant de compenser la diminution de leur activité

A la crise économique et sociale, le gouvernement ajoute donc une crise de confiance dont les conséquences s’annoncent catastrophiques pour l’économie au moment où le pouvoir d’achat régresse et le chômage explose.

En Haute-Normandie, ce ne sont pourtant pas les projets structurants et stratégiques qui manquent pour assurer l’avenir de notre territoire. Les chantiers d’infrastructures attendus et « à l’étude » depuis plus d’une décennie sont pour autant tout simplement absents du plan gouvernemental. Les projets dont l’Etat est maître d’ouvrage ne sont pas prêts à être engagés nous dit-on. Pour la plupart, ils figurent pourtant dans les précédents contrats signés voilà maintenant de nombreuses années. Alors que la Région a fait connaître sa disponibilité à avancer les financements et malgré la volonté des représentants de l’Etat en région, le gouvernement centralisé à Paris refuse d’entendre et méprise nos concitoyens.

La tromperie et l’illusion se poursuivent donc sauf pour les banques qui bénéficient elles de la majorité des crédits sans jouer leur rôle de moteur de l’investissement puisqu’aucune contrepartie ne leur est demandée. Affligeant…

Dans ce contexte, je réaffirme la volonté de la Région d’avancer les crédits nécessaires au lancement des opérations dont l’intérêt stratégique, à la fois en matière économique et environnementale, est reconnu. La collectivité régionale est prête dès demain à engager plusieurs dizaines de millions d’euros afin de pré-financer les projets tels que :

 

          l’achèvement de la RN 27 entre Rouen et Dieppe avec son viaduc

          la poursuite de la déviation d’Evreux, engagée au précédent CPER

          la régénération de la liaison ferroviaire Serqueux/Gisors pour assurer   notamment une meilleure desserte en fret ferroviaire au Port du Havre

          les chantiers d’infrastructures ferroviaires indispensables à Yvetot et Vernon pour améliorer la qualité de la desserte ferroviaire entre Le Havre et Paris

          l’accélération des travaux dans le logement social en terme d’efficacité énergétique ( économies d’énergie et développement d’énergies renouvelables)

Enfin, afin que les collectivités et notamment les Régions soient étroitement associées à la relance de l’économie, comme cela est le cas partout ailleurs en Europe, je demande, outre un rendez-vous avec le Premier Ministre pour évoquer la situation haut-normande, que soit organisée au plus vite une conférence des Présidents de Région avec le chef du gouvernement.

 

 

 

 

Contrat de projets 2007/2013 :

 

Au 31 décembre 2008, la Région a engagé 23% des crédits contractualisés (soit 103 millions) et l’Etat 16% (soit 69 millions). L’engagement aurait dû être à ce stade de 120 millions pour chacun des partenaires. Le plan annoncé par le gouvernement ne constitue donc même pas un rattrapage des crédits qu’il aurait dû engager les deux premières années du CPER !

 

Télécharger le communiqué de presse


Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *