Axe Seine/Canal Seine Europe: une course contre la montre !

Communiqué commun de Catherine TROALLIC (Conseillère régionale et Députée de la 8ème circonscription de Seine-Maritime englobant le Port du Havre) et Laurent LOGIOU (Vice-président de la Région Haute-Normandie et « Doyen » du Conseil de surveillance du Port du Havre)

C Troallic et Laurent Logiou

L’Axe Seine mérite mieux que des débats politiciens et ne doit pas être instrumentalisé au gré des postures. L’enjeu est trop important pour notre territoire. Aujourd’hui, nous n’avons jamais été aussi prêts au niveau des investissements tant de l’Europe, de l’Etat et de la Région pour le développement de l’Axe Seine.

C’est la première fois, depuis 30 ans, que l’Etat, les acteurs économiques et portuaires, les collectivités, et en premier lieu, les régions sont autant mobilisés concrètement pour ce dossier et en faveur de ce territoire. Dans le prochain CPER et le CPIER 2015-2020, l’un des plus importants en France, la réalisation de nombreuses infrastructures a été actée comme prioritaire. Dans le protocole d’accord signé le 13 février dernier, l’Etat s’est engagé à hauteur de 219 m€ et la Région Haute-Normandie participera à hauteur de 95 m€ (hors projet Serqueux Gisors): développement des terminaux de conteneurs, accès fluvial à Port 2000, projet de modernisation de l’axe ferroviaire Serqueux Gisors.

Il faut maintenant que ces projets, dont les financements sont actés, soient mis en œuvre dans les délais les plus brefs, pour gagner des parts de marché par rapport aux ports nord-européens. Nous ne pouvons donc comprendre que les élus régionaux de droite se disent agir en faveur de l’Axe Seine et voter systématiquement contre ces financements. Il serait bon qu’ils mettent leurs actes en conformité avec leurs paroles.

Comment comprendre également que le député maire du Havre, présent en 2011 à Arras, au lancement de l’appel d’offres du Canal Seine Nord, n’ait pas fait part de son opposition en son temps.

Si les inquiétudes sur les impacts du Canal Seine Nord sur l’Axe Seine sont légitimes, et nous les partageons, notre plus grosse erreur serait de nous replier sur nous-même et ne pas regarder l’avenir, pas celui à l’échelle de 10-20 ans mais bien celui de demain.

Nous croyons en nos forces, en nos atouts, à la capacité du port du Havre de se développer. Alors, mobilisons-nous, agissons pour que demain la concurrence des ports du Nord ne nous fasse plus peur !

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *