Bernard Cazeneuve, Ministre du Budget était au Havre vendredi 31 mai. Suite à l’annonce du remplacement par un système de scanner mobile du syscoscan, l’intersyndicale des douanes, relayée par Catherine Troallic députée de la 8ème circonscription, était intervenue pour s’interroger sur l’opportunité de cette décision et demander au ministre de conserver le syscoscan. Suite aux états généraux de la douane et prenant acte de l’importance du sujet pour le port du Havre et pour la politique de contrôle des produits importés, le ministre, comme il s’y était engagé auprès des fonctionnaires des douanes ,est venu au Havre sur le site du sycoscan après avoir assisté à une démonstration du scanner mobile sur le terminal ferry en présence du préfet et de la directrice générale des douanes. Nous saluons par ailleurs le travail des douaniers dont la mission n’est évidemment pas que de sanctionner, mais pour l’essentiel de protéger nos concitoyens. Lors de la visite du sycoscan sur le port, le ministre a reçu une contre-proposition de la part des syndicats afin de maintenir le sycoscan et a choisi de l’étudier avant de rendre sa décision définitive.

Après cette visite, le ministre, accompagné des élus socialistes Catherine Troallic, Estelle Grelier et Laurent Logiou, s’est rendu au centre des finances publiques. A cette occasion, Bernard Cazeneuve a salué l’ensemble des agents des impôts et du trésor et leur a adressé un discours à la fois chaleureux et mobilisateur en insistant sur l’importance de leur rôle dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales. Rappelant qu’un projet de loi serait bientôt présenté au parlement pour renforcer la réglementation, il a souligné que les fraudeurs qui seraient invités à se présenter pour régulariser leur situation le seraient dans des conditions de droit commun et qu’en aucun cas ne serait mise en place une « cellule de dégrisement » comme la droite avait pu le faire. Selon le ministre cette dernière méthode légitimait et offrait une sorte de prime aux fraudeurs alors que le paiement de l’impôt est un acte civique et que celui-ci doit être calculé en fonction des capacités contributives de chacun. Après ce message de civisme et de justice fiscal, le ministre a ensuite rencontré seul les syndicats.

Bernard Cazeneuve est ensuite allé à la CCI où M. De Chalus, Président de la CCI, en lien avec M. Leclainche, directeur régional des finances publiques, avait organisé une rencontre avec des chefs d’entreprise autour du crédit impôt compétitivité emploi (CICE). Devant un important parterre de chefs d’entreprise du Havre et de son agglomération, Bernard Cazeneuve a répondu aux questions et aux inquiétudes des patrons notamment sur le CICE. Après avoir rappelé « le ministre du Budget que je suis n’est pas seulement le ministre des impôts, mais un militant déterminé du développement de nos entreprises, du retour de la croissance et de notre compétitivité », Bernard Cazeneuve a insisté sur la cohérence de la politique gouvernementale pour promouvoir la compétitivité de notre économie et a montré en quoi le CICE était plus efficace et plus intéressant pour les chefs d’entreprises que la TVA sociale concoctée par le gouvernement précédent. Peu avant le discours du ministre, Pierre-Henri Maccioni, Préfet de Région, avait rappelé de manière courageuse et volontaire aux dirigeants des banques commerciales l’importance de jouer le jeu et de s’investir auprès des entreprises pour leur proposer ce CICE. La séance s’est achevée par une signature de conventions avec plusieurs chefs d’entreprise.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *