Le soutien d’Oumou Niang, ancienne Ciel et Marine et Conseillère municipale, au HAC handball

Lettre de soutien au handball d’Oumou Niang

ONDevant les difficultés que rencontre le HAC Handball, mon club de cœur je tiens à lui apporter mon soutien. Je le fais en tant que conseillère municipale et aussi en tant qu’ ancienne joueuse de ce club de haut niveau et également formateur.

J’ai déjà indiqué que le handball m’a sauvé la vie. Issue d’un quartier très défavorisé Caucriauville, j’ai rejoint le  HAC dès l’âge de 10 ans. Plus qu’un club, il est devenu ma deuxième famille. Il m’a permis de reprendre confiance en moi, grâce aux dirigeants et aux bénévoles qui m’ont beaucoup soutenue humainement et sur le plan scolaire.

Un club de haut niveau ce n’est pas seulement une équipe fanion, c’est aussi une organisation très sécurisante qui permet aux jeunes d’acquérir une certaine discipline et d’inculquer la notion de respect.
Pouvoir jouer au handball le soir, le mercredi et le weekend permet d’éviter le désœuvrement qui est souvent à l’origine de la délinquance. Au delà des bienfaits de l’activité sportive le club avec son encadrement est un lieu d’écoute, d’échange, de conseils et d’accompagnement.
Les joueurs de haut niveau servent de modèles pour les jeunes qu’ils encadrent dans les quartiers.
Le Hac en proposant un sport collectif a accueilli des jeunes de familles aux revenus très modestes. Il s’agit d’une action sociale indispensable.

Aujourd’hui, si le Hac handball disparaît, son rôle multiple disparaîtrait également .
C’est beaucoup plus qu’un club que nous perdrions  !

Lire la suite

Tribune LH Océane – Le Havre n’avance pas !

Visuel LHOcéane PS-EELV-PRG

Avec une perte de 20 000 habitants entre 1995 et 2013, notre ville a vu disparaître 1000 habitants par an…Cet échec, le plus parent, n’est pas le seul : en 10 ans, la ville a aussi perdu 1000 artisans et commerçants…soit 2 par semaine !

Et bien sûr, le chômage est toujours plus élevé ici qu’ailleurs sans oublier le poids des impôts, le prix de l’eau et des transports en commun…

Outre que ces mauvais indicateurs ne font plaisir à personne, ils ont aussi une conséquence directe sur les finances locales puisque le nombre d’habitants sert à calculer le montant de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) autrement, les aides directes de l’Etat à notre collectivité !

Si on ajoute à cette perte de recette, des dépenses qu’on aurait pu éviter : maisons Borloo à 100 000€, éradication de la Cité Chauvin pour 30 millions d’euros, études pour la Tour Nouvel, 2,8 millions d’euros en pure perte, surcoût des Bains des Docks pour vieillissement précoce…On peut affirmer que LE HAVRE n’avance pas. Pire : il régresse !

Tribune du groupe Socialiste – Europe écologie Les Verts – Radical de gauche dans LH Océane du 15 au 28 février

Emploi : les charlatans de l’UMP

images

Avec l’UMP, le pire est toujours sûr. Non content d’avoir  laissé l’économie française dans un état désastreux, avec les conséquences que l’on connaît aujourd’hui en matière de désindustrialisation et de chômage, le parti de MM. Copé et Fillon franchit un nouveau palier dans la régression en proposant de supprimer la durée légale du travail.

Les salariés apprécieront ce massacre à la tronçonneuse d’un de leurs droits les plus essentiels et dont ils connaissent les conséquences : la précarité du travail, la baisse des salaires, la suppression des heures supplémentaires, la chute du pouvoir d’achat, l’entrée impossible des chômeurs sur le marché du travail, la désorganisation de l’appareil productif.

Dans cette question de la durée légale du travail, il y a tout ce qui sépare la droite de la gauche. D’un côté, des remèdes de charlatans qui détruisent le contrat social. De l’autre, une politique de redressement qui mobilise tout le pays en négociant un grand compromis entre le monde du travail et les entreprises. Les chômeurs ont besoin du soutien de la République, pas des amputations de la droite.

Communiqué du Groupe Socialiste, Républicain et Citoyen à l’Assemblée nationale
Thierry Mandon, porte-parole

Doudou perdu lors des Primaires citoyennes …

Dimanche 16 octobre dernier, 2nd tour des Primaires citoyennes au Havre, un doudou a été oublié dans l’un des bureaux de vote du centre-ville du Havre.

Toujours pas réclamé aujourd’hui, il coule des jours heureux à la section du Parti Socialiste du Havre. Il nous aide à préparer la campagne de François Hollande, fait part de ses idées aux militants havrais et échange avec les élus sur les questions de politique internationale, notamment sur la crise de la dette grecque. Il a même confié au Secrétaire de section que la rumeur de fermeture de certaines bibliothèques au Havre rendrait son propriétaire extrêmement triste…

Si votre enfant dort mal la nuit et que vous reconnaissez ce doudou, n’hésitez pas à nous contacter au 02.35.43.48.80 ou à passer le voir dans les locaux du Parti Socialiste du Havre au 11 rue Georges Braque.

IDENTITE NATIONALE

michelIDENTITE NATIONALE

Identité : Décryptage succinct.

Philosophiquement : Caractère de ce qui est un.

Culturellement : Ensemble de traits culturels propres à un groupe ethnique ( langue, religion, art etc…)

Au niveau religieux, historiquement la France grâce à un certain Clovis a décidé d’une France Chrétienne. Difficile pour d’autres d’entrer dans un sentiment d’appartenance !

=================

Notre pays se dégrade un peu plus chaque jour. Ce gouvernement essaie de palier à cette situation en balançant des discours, plus ou moins heureux qui peuvent faire illusion quelques jours, quelques semaines. Cette idée de génie sur l ‘Identité Nationale est un discours de plus, déplacé, pervers, rappelant les heures sombres de Vichy.

Henri Guaino s’étant déjà fait le chantre de cette France aux « mille clochers » qu’il serait urgent de défendre !

Y aurait-il un danger venant des mécréants, nous sortons tout juste de la tempête de Latran. Simple clin d’œil ? En fait Sarkozy s’empare du thème de l’Identité Nationale pour stigmatiser une menace de l’intégrisme et le laxisme des autres, clin d’œil ? Avant de parler d’Identité Nationale, il faut que la Nation, propriété commune de tous les Français et plus largement le bien commun de tous ceux qui résident sur notre sol soit porteuse d’espoir. En dehors des citoyens inscrits au bouclier fiscal, je n’en vois pas qui espèrent, nous en sommes très loin.

Nous n’avons pas besoin de la ressemblance, car celle-ci postule une communauté de traits physiques ou moraux. C’est le contraire que nous devons rechercher, le citoyen doit se dégager de la tutelle des appartenances. Chacun doit pouvoir chanter la Marseillaise là où il veut et quand il veut, ce qui est vrai pour notre hymne est vrai pour le drapeau et pour Guy Moquet . Tout ce qui précède, trouve une réponse dans l’application de la Laïcité, mot tabou à droite. Un tel sujet est bien trop sérieux pour être confié à un Président qui annone des discours identiques au mot près à quelques semaines d’intervalle sans s’en rendre compte et à un félon en quête de popularité et à la recherche du prix Nobel des godillots.

Mathématiquement : Identités remarquables (a+b)²= a²+ 2ab+b²

Second degré : Très juste. Mais l’humain est tout sauf cela !

Mais où est passé le projet du Tramway du Havre ?

Citoyen voulant m’exprimer, je me suis rendu sur le site Internet de la CODAH pour découvrir le nouveau projet de l’agglo sur le tramway. Ne voyant rien dans la partie sur les projets, je me suis dit que la fonction recherche permettrait de répondre à ma requête. Que nenni :

091027 tramway

Mais où est donc passé ce fabuleux projet ? Nous sommes pourtant dans la période de l’enquête publique. Autant M. Le Président sait user et abuser de la comm’ quand cela lui en dit, mais lorsqu’il s’agit de laisser la parole aux citoyens, c’est plus délicat…

Les droits de l’homme et M. Sarkozy : entre maladie d’amour et aveuglement

« Oubliés les beaux discours de campagne sur les droits de l’homme et que vive la Realpolitik » telle est la méthode Sarkozy, le tout rehaussé d’une pointe de cynisme et d’un soupçon de manipulation de l’opinion. Notre Président qui hier ne jurait que par la liberté et les droits fondamentaux n’hésite plus désormais à trinquer avec Nazarbaïev, le Président du Kazakhstan en poste depuis 20 ans dont le pays est régulièrement accusé par Amnesty International d’être le théâtre de violations graves des droits de l’homme et de torture de prisonniers?

Se souvient-on encore de la tente Kadhafi plantée à Paris, le tout en grande pompe, aux frais de la République ?

Dans le même sens, les récents propos du Président français, condamnant avec la plus grande fermeté l’élection de Mahmoud Ahmadinejad, sans ménager la souveraineté iranienne tranchent dangereusement avec les félicitations présentées à Ali Bongo, nouveau Président du Gabon dont l’élection était pour ainsi dire jouée d’avance grâce au pouvoir détenu sur ce pays pendant plus de 40 ans par son père feu Omar Bongo. M. Sarkozy n’y verra sans doute que de l’amour filial et répondra que : « Le devoir d’un père est d’aider son fils », seule maxime qui semble vraiment l’obliger. Mais qu’en est-il des poursuites pour les biens mal acquis qui visaient le clan Bongo et sans aucun doute devaient concerner le fils ? L’élection a ceci de commode que son possesseur jouit à présent d’une solide immunité présidentielle !

L’héritage du père Omar Bongo reste bien difficile à porter par le gouvernement Sarkozy. Parlez en à Jean-Marie Bockel, transfuge socialiste, secrétaire d’Etat à la Francophonie relégué aux anciens combattants, pour avoir eu l’impudence de proclamer dans des salons dorés la fin de la Françafrique dénoncée vigoureusement et courageusement par feu Xavier Verschave.

Parlez-en encore à Bernard Kouchner, secoué par les révélations de Péan sur son fameux rapport sur la santé au Gabon grassement rémunéré encore et toujours par le père Bongo. Le même Kouchner qui allait, sans sourcillier, peu de temps après, sceller le sort de Rama Yade, la secrétaire d’Etat aux droits de l’Homme reléguée au sport par Sarkozy. L’ancien socialiste reconnaissait en effet que la création d’un secrétariat d’Etat aux droits de l’Homme était une erreur et que cela gênait la conduite des affaires étrangères. Quel revirement, un de plus ou de trop, pour un homme qui a construit sa réputation autour de la création de MSF et d’une défense acharnée des droits de l’homme. Reste qu’entre le jeune French Doctor et le vieux ministre mangeur de mil, le verni de l’ouverture et de la promotion des droits de l’homme du Gouvernement s’écaille chaque jour un peu plus.

La France de Sarkozy ne semble pas encore prête à mettre fin à ses relations néocoloniales avec certains Etats d’Afrique. La question de la présence militaire en Afrique est ainsi encore loin d’être réglée. Dans les coulisses présidentielles africaines et françaises, les « sorciers blancs »[i] à l’image de Robert Bourgi, continue de s’activer.

Encore plus inquiétant, mais plus sourd, les socialistes et les forces de gauche doivent alerter des reculs et des dangers que fait peser la trop discrète réforme de la Coopération et de l’aide au développement sur le rayonnement français à l’étranger. En particulier au niveau de l’audiovisuel extérieur. Alors que le monde des médias se tourne de plus en plus vers l’Afrique, la France de Sarkozy met en œuvre à Radio France Internationale, radio très écoutée et populaire chez les Africains et tous les francophones, un plan social de très grande ampleur. Il concerne, avec 206 suppressions de postes prévues, près d’1/5ème des effectifs. De nombreux services notamment Médias France Intercontinents pourtant réputés pour la qualité de leur production notamment sous Chirac sont à présent menacés… Sans le dire véritablement, les intentions du gouvernement sont de contracter sévèrement les dépenses de RFI pour miser sur France 24 qui peine vraiment à émerger en termes de visibilité. L’obsession des économies dans de tels secteurs stratégiques risque de faire perdre à la France, son influence politique, culturelle et linguistique. Et cela est d’autant plus grave que ce gouvernement n’hésite pas à creuser l’endettement dans une France toujours plus accablée d’injustices fiscales et d’inégalités sociales.

Olivier Rabaey


[i] pour reprendre le titre d’un récent ouvrage du journaliste africaniste de l’Express Vincent Hugeux