Pose de la 1ère pierre du Pôle ingénieur et logistique : La Région investit massivement pour Le Havre

Jeudi 4 septembre 2014, Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie et Nicolas Rouly ont participé à la pose de la première pierre du Pôle ingénieur et logistique du Havre, en présence de du Secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, du Préfet de région, de la rectrice d’académie, du député-maire du Havre, du Président de l’Université du Havre et des élus socialistes havrais : Catherine Troallic (Députée, Conseillère régionale), Florence Martin-Péréon (Vice-présidente du Département), Laurent Logiou (Vice-président de la Région).

PIL 2014

La Région est fière d’investir massivement pour l’enseignement supérieur au Havre. Dans une villequi perd des habitants depuis trop longtemps, nous avons besoin de plus d’étudiants, souligne Nicolas Mayer-Rossignol. Avec le Pôle ingénieur et logistique dont la Région est de loin le premier financeur (4,3M€), le Port disposera d’un outil optimal dans le domaine de la logistique maritime et portuaire, qui pourra répondre aux besoins des nouveaux métiers dans l’éolien et la logistique. Avec la filière logistique et le pôle de compétitivité Nov@log, grâce aux travaux financés par la Région (plateforme multimodale, amélioration de la desserte ferroviaire du Port avec le raccordement de la
Brèque, arasement du chenal du port de Rouen…), ce projet viendra développer l’attractivité et la
visibilité à l’international du Havre et de la Haute-Normandie dans son ensemble”.

Le projet prévoit la construction de locaux dédiés à la recherche (1 200 m2) et la restructuration Lire la suite

Alain Le Vern, président du conseil régional de Haute-Normandie et du syndicat mixte de l’aéroport Deauville-Normandie, critique vivement la politique aéroportuaire de la Codah.

Interview du Président Alain Le Vern parue dans Paris Normandie du 9 octobre 2012
http://www.paris-normandie.fr/article/le-havre/au-havre-la-guerre-des-airs


Alain Le Vern : «J’attends que la raison l’emporte»

Vous jugez les choix de la Codah sur l’aéroport d’Octeville irrespectueux de l’argent public. Pourquoi?
Alain Le Vern: «Aucune des plateformes aéroportuaires normandes n’arrive à se développer réellement. Les résultats sont sans commune mesure avec le niveau des dépenses publiques nécessaire à leur gestion. C’est pourquoi les CCI ont réalisé une étude préconisant les efforts de développement sur Deauville (piste plus longue, meilleure situation géographique, plus grande zone de chalandise,etc.). Ainsi, les deux Régions et la Ville de Deauville ont investi sur cette plate-forme, et l’agglomération de Rouen a limité l’exploitation de son aéroport. Contrairement aux engagements pris, la Codah a attribué une délégation de service public dont les conditions économiques maintiennent Octeville sous perfusion. Les contribuables havrais financent donc une décision qui ne leur bénéficie pas, tout en plombant l’évolution de l’aéroport Deauville-Normandie.»
Pourquoi avoir décidé, en conséquence, de geler les investissements pour la rénovation de l’aérogare? Ils semblent pourtant inévitables.
«Je refuse que l’argent public soit dépensé en vain, en l’absence d’une stratégie de développement claire et partagée. Les termes de ce débat nous font revenir six ans en arrière. A cette différence près qu’aujourd’hui, l’expérience confirme le site de Deauville comme la seule offre valable sur le territoire. Nous lancerons donc les travaux de l’aérogare dès lors que nous disposerons d’assurances sur la stratégie à moyen terme de la Codah.»
Patrice Gélard et d’autres élus de la Codah estiment qu’il «ne peut y avoir de grand port sans aéroport», surtout avec la filière industrielle éolienne en devenir…
«Je partage cet avis. Il ne peut y avoir de port sans aéroport à proximité, sans un réseau routier et des lignes ferroviaires pour le fret de qualité… L’aéroport existe. Les entreprises situées rive droite sont à 15minutes de Deauville-Normandie. Le site d’Octeville ne peut et ne doit concurrencer l’aéroport normand! La Région, artisan principal de la constitution de la filière éolienne, prend en compte l’ensemble de ces préoccupations. Les éoliennes ne prennent pas l’avion, mais la mer!»
Avez-vous échangé récemment avec Edouard Philippe à ce sujet?
«Peu après son élection, le président de la Codah m’avait indiqué partager cette stratégie. C’est la raison pour laquelle le choix de la Codah m’a tant surpris! J’espère que dans l’intérêt des Havrais et des Normands, il s’engagera rapidement à ne pas reconduire cette DSP. C’est le contenu du courrier que je lui ai adressé la semaine dernière. La concurrence nourrie par l’impôt public est mal venue. J’attends que la raison l’emporte.»

Le manque d’ambition pour l’agglo du Havre


Intervention de Laurent Logiou au conseil municipal sur le projet de la CDCI de fusionner la CODAH avec la communauté de communes de St Romain et de Criquetot L’esneval :

Mes chers collègues,
L’intercommunalité a toujours été une évidence pour nos familles politiques. La gauche contribue depuis le départ des lois de décentralisation à l’évolution de la carte intercommunale. Pour mémoire, alors qu’en 1998, la Haute Normandie était très en retard s’agissant du regroupement communal, le territoire haut-normand est devenu en 2008, sous l’impulsion de la Région, la première région française pour l’intercommunalité. Cette révolution silencieuse a été accélérée grâce à la démarche contractuelle engagée avec les Pays et les Agglomérations par la Région et les Départements.

La démarche du 276, unique en France, et la contractualisation qui en a découlé, a permis non seulement de rendre plus efficace la dépense publique et plus lisible l’action publique locale multi-partenariale mais elle a incité les communes à s’organiser en territoires de projets en permettant la réalisation concrète de nombreuses opérations en faveur du développement local à la fois en milieu urbain et rural.

Nous attendions des autorités préfectorales qu’elles s’appuient sur l’expérience acquise depuis des années sur les schémas de territoires autour des Pays et des Agglomérations. En effet le découpage des périmètres intercommunaux ne doit pas se faire avec des arrière-pensées électoralistes mais en respectant les dynamiques et les équilibres territoriaux au plus près des bassins de vies et des besoins des populations.

Résultat, aucune cohérence, aucune logique, aucune réelle concertation ne président à ces découpages, certains territoires ne sont pas concernés comme dans le pays de Caux, d’autres qui ont engagés des démarches sont oubliés comme le pays des hautes falaises, d’autres communautés de communes se voient proposer des fusions aux forceps comme dans le pays de Bray ou à Dieppe, d’autres encore répondent à des logiques partisanes. Dans de nombreux cas, ce sont les projets de territoires qui sont menacés alors même qu’ils répondent aux attentes de nos concitoyens. Au moment où les mesures gouvernementales en matière de fiscalité locale et le gel des dotations ont plongé de nombreuses collectivités dans l’incertitude freinant leur capacité d’initiative et d’investissement, il est particulièrement contre-productif – en termes de développement économique et d’aménagement du territoire – de les fragiliser davantage.

Pour ce qui concerne Le Havre, nous assistons au bal des « occasions manquées ». Que n’avons-nous pas entendus sur le Grand Pari du Grand Paris, sur le développement de l’axe Seine, sur la nécessaire gouvernance de ce magnifique projet. Mais au moment de passer à l’acte, de rattraper notre retard sur le grand Rouen et sa CREA, rien si ce n’est ce petit rapprochement avec les communautés de Saint Romain et de Criquetot .

Mais que vous est il arrivé messieurs, nous avons l’outil, l’AURH, l’habitude du travail en commun avec le comité des élus de l’estuaire, le projet de l’axe Seine, vous avez une majorité politique dans ces territoires ; le préfet prêt à vous soutenir, une loi qui vous permet d’agir et rien ou presque…vous pouviez créer le Grand Havre, un pôle métropolitain allant de Honfleur à Fécamp et de Caudebec au Havre que nous avions d’ailleurs proposé lors du débat des dernières municipales et pschitt….

Vous me direz certainement que c’est trop tôt, qu’ils ne sont pas prêts, qu’il faut avancer prudemment mais sûrement. Peut-être mais n’aurait-il pas fallu montrer la direction et proposer une stratégie…mais il n’en est rien.
Aujourd’hui quand on n’avance pas, en réalité, on recule…sur le développement économique, les transports, l’environnement, les grands équipements, il faut aller plus loin, plus vite, ensemble, suivre l’exemple de regroupements des CCI…

J’espère que les Havrais n’auront pas à pâtir de votre manque d’ambition, nous voterons contre cette délibération.

Laurent Logiou présente son projet d’agglo du Havre

Laurent Logiou a présenté son point de vue d’élu Havrais et de vice président du conseil régional lors d’une conférence de presse. Voici un extrait vidéo de la conférence de presse :


conférence de presse Laurent Logiou et la… par PS_Le_Havre

Dans la presse Havraise de ce jeudi 9 juin, nous pouvons retrouver l’article de la conférence de presse (cliquer sur l’image pour l’agrandir)


Petit déjeuner de section

Ce samedi matin, malgré la neige, les militants socialistes havrais se sont réunis pour débattre, autour d’un petit déjeuner, des perspectives pour 2011.

Au menu de ce petit déjeuner militant, des adhérents rassemblés autour de Matthieu Brasse, secrétaire de section, ont présenté le 1er bilan de la commission Tramway.  La présentation et la calendrier des primaires socialistes et  les campagnes des candidats socialistes sur l’agglo du Havre pour les élections cantonales de mars 2011 étaient aussi à l’ordre du jour.

Rendez vous début janvier sur les marchés et pour les cérémonies de voeux.

Communiqué de presse : La région finance le tramway

Le 13 décembre 2010

COMMUNIQUE DE PRESSE
TRANSPORTS
La Région favorise les transports collectifs urbains.

Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie a participé cet
après-midi au dévoilement de la rame du tramway du Havre. Un tramway dans la ville du Havre, cela ne s’était pas vu depuis 1951 ! Après 59 ans d’interruption de l’exploitation du tramway, le nouveau tracé, d’une longueur totale de 13 km, va permettre de desservir 87 000 habitants.

La Région Haute-Normandie apporte une aide de 10M€ au projet, pour l’achat du matériel roulant.

« La Région investit dans des projets structurants qui facilitent le déplacement des Haut-Normands et favorisent les transports collectifs. Dans le cadre des contrats d’agglomérations, la Région apporte des financements significatifs pour le tramway du Havre comme pour le métro de Rouen. Ces projets constituent une offre alternative de transport urbain face à la voiture, et permettent ainsi de réduire les émissions de CO2 », commente Alain Le Vern.

Le tracé est composé d’une ligne qui s’étend en forme de « Y » du terminus « Porte Océane » vers « Jenner » où elle se divise en deux branches vers « Caucriauville-Pré fleuri » et « Grand Hameau ». La fréquence des rames envisagée est de trois minutes sur le tronçon commun et de six minutes sur les branches, un véritable complément au bus et au funiculaire, qui sont jusqu’à présent les seuls moyens de transport en commun pour relier la ville haute et la ville basse.

Lire le communiqué

Disparation d’un grand socialiste de la Pointe de Caux

La section PS du Havre s’associe à la tristesse des Montivillons suite à la disparation de Michel Vallery et adresse ses condoléances à sa famille et à ses proches.  Ci joint le communiqué de la section PS de Montivilliers.

Communiqué de la section de Montivilliers suite à la disparition de Michel VALLERY
C’est avec tristesse que les militants PS de la section du canton de Montivilliers ont appris le décès de Monsieur Michel Valléry qui fut maire de notre ville de 1977 à 2001.
Militant socialiste de la première heure, il fut à l’origine de la création en 1975 de la section PS de Montivilliers. En 1977, à la tête d’une équipe à majorité PS, il mena la campagne des municipales et remporta brillamment l’élection. Apprécié et respecté des habitants, il fut réélu en 1983, 1989 et 1995.
Durant quatre mandats successifs, Michel Valléry a indéniablement marqué l’histoire de la ville de Montivilliers en lui permettant de se hisser au niveau qui est le sien aujourd’hui. Avec les différents adjoints et les conseillers municipaux qui se sont succédé durant les quatre mandatures, Michel Valléry a accompagné de nombreux chantiers en lien avec les
nouveaux quartiers des Lombards et de la Belle Etoile. En raison d’une population plus nombreuse et jeune, de nouvelles écoles ont vu le jour : Louise Michel, Jean Moulin, Jean de la Fontaine. Parallèlement, la ville a travaillé alors à son développement économique avec la création de pépinières d’entreprises, des zones d’activités de la Belle Etoile, du
centre équestre, l’hôtel d’entreprises.
Pendant les quatre mandats, Michel VALLERY et son équipe n’ont eu de cesse d’améliorer et promouvoir le sort de la ville. Citons encore la rénovation des bâtiments abbatiaux, lacréation du service culturel avec le rayonnement qui est toujours le sien aujourd’hui, le développement des infrastructures sportives (Gymnase Christian Gand, le dojo, les terrains
de tennis…).
Ses anciens compagnons de route ; celles et ceux qui l’ont bien connu tiennent à souligner avec émotion les qualités humaines de l’ancien maire qui, durant ses mandats, était toujours accessible, dévoué, disponible et homme de coeur.
Les Montivillons conserveront en souvenir l’investissement constant qui fut le sien pour la commune ; ce qui faisait dire souvent à Michel Valléry que « Montivilliers est une ville où il fait bon vivre ».
Les militants de la section PS du canton de Montivilliers ont une pensée pour son épouse et adressent leurs plus sincères voeux de condoléances aux proches et à sa famille.