États généraux des socialistes : les militants de l’agglo au travail !

Les adhérents socialistes de l’agglomération du Havre se sont réunis par deux fois dans le cadre des États généraux des socialistes. Lancés à l’Université d’été de La Rochelle et se concluant le 6 décembre, les États généraux des socialistes sont un large processus de consultation militante visant à redéfinir la carte d’identité du Parti Socialiste au XXIè siècle, dans un monde qui a changé : « s’interroger sur nos façons d’être et de faire, sur ce que nous sommes et ce que nous voulons ».

Etats généraux PS agglo 2

A l’initiative de leurs Secrétaires de section – Matthieu Brasse, Jérôme Dubost, Daniel Brière – Les sections socialistes de l’agglomération – Le Havre, Montivilliers, Harfleur-Gainneville-Gonfreville l’Orcher – se sont réunies le 27 septembre à Montivilliers et le 8 novembre à Harfleur pour réfléchir et travailler à la réalisation de contributions autour de 6 tables rondes :
– Entreprise et ré-industrialisation
– Croissance et social-écologie
– Nation et intégration
– Europe et souveraineté
– Démocratie et représentation / Droits et individus
– Etat social et service public

A l’issue de ces réunions ayant réuni successivement 140 adhérents, 10 contributions ont été adoptées et adressées au Comité national de pilotage et visibles sur le site internet spécialement dédié à l’événement : http://www.etats-generaux-des-socialistes.fr/

Voici pour exemple quelques thématiques volontaristes de ces contributions :
–      Problématique de croissance
–      Droit à mourir dans la dignité Lire la suite

Retour sur la loi artisanat, commerce, TPE : réunion d’information à la CCI avec Catherine Troallic et le rapporteur de la loi

Sur le blog de Catherine Troallic, Députée de la Seine-maritime :

IMG_9356Monsieur le Vice-président de la CCI au commerce, Madame la Directrice du pôle accompagnement des entreprises, Madame la Directrice des relations institutionnelles et de la communication, Mesdames et Messieurs, Je souhaite tout d’abord remercier la CCI et son président Vianney de Chalus, à travers vous M. Saunier et aussi vous Mme Dhervillez, Mme Dubosc, pour avoir répondu rapidement et favorablement à ma demande d’organiser cette réunion avec les acteurs économiques du territoire. Ces remerciements sont d’autant plus vifs dans un contexte où les relations actuelles entre l’Etat et les CCI sont un peu tendues… Mais vous, comme moi, savons parfaitement l’importance d’organiser de telles réunions pour informer les acteurs économiques de nos territoires et être à leur écoute.

Je tiens également à saluer vos collaboratrices, pour leur travail et leur disponibilité notamment Alexandra, Charlotte et Céline. Je veux bien évidemment remercier très chaleureusement Fabrice Verdier, député et rapporteur de la loi Artisanat, Commerces et TPE d’avoir accepté mon invitation.

Un mot sur  Fabrice Verdier. Fabrice est député du Gard, conseiller régional du Languedoc Roussillon, et maire de Fons sur Lussan, commune de 250 habitants.

Enfin, je souhaite vous remercier Mesdames et Messieurs pour votre présence. En quelques mots avant de laisser la parole à Fabrice Verdier, je voulais revenir sur la raison qui m’a poussée il y a quelques mois à proposer cette réunion sur cette loi artisanat Commerces et TPE. Dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit, je crois que c’est aujourd’hui un impératif pour les responsables publics.

Ce projet de loi qui a réussi à faire consensus, adopté à la quasi unanimité, me paraît à la fois ambitieux et en même temps concret puisqu’il apporte, je crois, des réponses  pragmatiques aux attentes des commerçants, des artisans et des TPE.

IMG_9360Cette réunion, qui fait suite à un courrier que j’ai adressé aux acteurs concernés de ma circonscription, doit ouvrir le débat, n’est pas une fin en soi, elle doit être doit donner lieu à d’autres rencontres. Dans tous les cas, sachez que je suis à votre disposition. – Cette loi a tout son sens dans notre région industrielle qui certes a des grands groupes dont on a besoin parce que ce sont d’importants donneurs d’ordre notamment en direction des plus petites entreprise mais dont la force économique repose aussi sur les petits entrepreneurs.

Vous êtes, en effet, le poumon économique de nos territoires par votre proximité avec les habitants, ou encore par le lien social que vous tissez avec eux. Les commerces de proximité sont en effet Lire la suite

Excellente nouvelle pour l’avenir de l’usine Renault Sandouville et le bassin d’emploi du Havre

Emmanuel Macron, ministre de l’économie et de l’industrie, accompagné de Carlos Ghosn le PDG de Renault, était en visite sur le site de Sandouville près du Havre. La nouvelle ligne de production du Trafic a été inaugurée en présence de Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie – Estelle Grelier, Députée de la circonscription – Jacques Dellerie, Maire de Sandouville – Matthieu Brasse, Député suppléant de Catherine Troallic.
A la suite de l’officialisation de cette excellente nouvelle pour l’avenir du site Renault et le bassin d’emploi du Havre, le ministre et le PDG de Renault accompagnée des élus ont rencontré l’ensemble des représentants syndicaux de l’usine pour évoquer notamment l’accord de compétitivité et l’avenir des intérimaires.

Retour en images sur cette journée (reportage de France 3 Haute-Normandie et photos) :

Economie Sociale et Solidaire : Catherine Troallic poursuit le combat pour la reconnaissance des réseaux régionaux d’acteurs !

bandeau_ess3

Après une première lecture du texte à l’Assemblée, délicate mais fructueuse*, permettant, entre autres, la reconnaissance des réseaux régionaux et locaux d’acteurs notamment des agences, Catherine Troallic poursuit le combat à l’Assemblée nationale à l’occasion de la seconde lecture. Le Sénat a en effet, en seconde lecture et sur proposition du rapporteur Marc Daunis, supprimé toute référence aux réseaux régionaux et locaux d’acteurs et aux agences. La députée de Seine-Maritime a donc réintroduit les dispositions supprimées par voie d’amendements après avoir invité ces collègues députés à les cosigner et avoir interpellé sur le sujet par courrier la nouvelle ministre.

« Hier soir, la commission des affaires économiques a finalement adopté deux amendements sur trois (art 4 al 3 et 5B) soit l’essentiel. J’observe que le gouvernement malgré la succession de ministres (Benoit Hamon, Valérie Fourneyron, Carole Delga) dans l’examen du texte n’entame en rien la détermination du gouvernement de reconnaître les acteurs existants sur nos territoires et les coopérations innovantes menées en lien avec nos collectivités. Il reste l’examen en séance mais d’ores-et-déjà le Sénat doit tenir compte de cette constance. Je n’oublie pas non plus que l’Assemblée nationale a le dernier mot et je veillerai à ce que ces dispositions législatives soient définitivement adoptées. C’est dans l’intérêt de la Région Haute-Normandie aujourd’hui et de la Normandie demain ! », précise Catherine Troallic.

http://www.economie.gouv.fr/ess-economie-sociale-solidaire
http://catherine-troallic.fr/

Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, était au Havre

Bernard Cazeneuve, Ministre du Budget était au Havre vendredi 31 mai. Suite à l’annonce du remplacement par un système de scanner mobile du syscoscan, l’intersyndicale des douanes, relayée par Catherine Troallic députée de la 8ème circonscription, était intervenue pour s’interroger sur l’opportunité de cette décision et demander au ministre de conserver le syscoscan. Suite aux états généraux de la douane et prenant acte de l’importance du sujet pour le port du Havre et pour la politique de contrôle des produits importés, le ministre, comme il s’y était engagé auprès des fonctionnaires des douanes ,est venu au Havre sur le site du sycoscan après avoir assisté à une démonstration du scanner mobile sur le terminal ferry en présence du préfet et de la directrice générale des douanes. Nous saluons par ailleurs le travail des douaniers dont la mission n’est évidemment pas que de sanctionner, mais pour l’essentiel de protéger nos concitoyens. Lors de la visite du sycoscan sur le port, le ministre a reçu une contre-proposition de la part des syndicats afin de maintenir le sycoscan et a choisi de l’étudier avant de rendre sa décision définitive.

Après cette visite, le ministre, accompagné des élus socialistes Catherine Troallic, Estelle Grelier et Laurent Logiou, s’est rendu au centre des finances publiques. A cette occasion, Lire la suite

Paradis fiscaux : question au Gouvernement de Catherine Troallic


Question au Gouvernement de Madame Catherine… par Catherine-Troallic
Merci, Monsieur le Président,

Ma question s’adresse à Monsieur le Ministre des Finances.

Monsieur le Ministre,

Hier, les Ministres des Finances de l’Union européenne étaient réunis pour engager la levée du secret bancaire et l’échange automatique d’informations entre Etat-membres. Lire la suite

La BPI présentée aux acteurs économiques haut-normands par Ségolène Royal

photo

Vendredi 19 avril 2013, Ségolène Royal, vice-présidente et porte parole de la Banque publique d’investissement (BPI France) est venue présenter aux acteurs économiques haut-normands, à l’invitation d’Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie.

Ce nouvel organisme public dont la mission est d’offrir les instruments de financement au service de la croissance et du développement des entreprises, aux côtés de Pierre-Henry Maccioni, préfet de la région Haute- Normandie et de Guillaume Bachelay, Député de la 4èmecirconscription de Seine- Maritime, rapporteur du projet de loi sur la BPI à l’Assemblée Nationale, membre du comité national d’orientation de la BPI, et conseiller régional.

Nos entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou de tailles intermédiaires disposent désormais d’un outil public puissant et cohérent, dont la vocation est d’abord de structurer le tissu entrepreneurial dans les territoires explique Alain Le Vern. Un outil capable d’impulser, du côté des banques commerciales, la confiance qui fait aujourd’hui défaut pour prêter aux entreprises. Une confiance qui accompagnera l’élan des projets prometteurs pour notre région, synonymes de croissance, de créations d’emplois et d’attractivité du territoire. Ici, en région, nous sommes déjà prêts : nous avons l’expertise, la connaissance intime du tissu économique local, les compétences.

Nous travaillons depuis longtemps aux côtés d’OSEO et de la Caisse des dépôts et consignations. La création de la BPI vient conforter et renforcer ce partenariat au service des entreprises.

  •  LA BPI AU PLAN NATIONAL

Le décret d’installation du comité national d’orientation est paru le 11 avril. Le CNO est chargé d’émettre un avis sur la stratégie et la doctrine d’intervention de la BPI. BPI France est dans les faits déjà opérationnelle. Elle intègre les moyens d’intervention d’OSEO, du Fonds stratégique d’investissement (FSI) et de CDC Entreprises. Dès maintenant, le visage de BPI France en région est la direction régionale d’OSEO.

Le Président de BPI France est Jean-Pierre Jouyet, la vice-présidente et porte-parole est Ségolène Royal et Nicolas Dufourcq est directeur général

Les missions de BPI France

La BPI regroupe trois entités adaptées aux besoins de financement des entrepreneurs : BPI France financement, BPI France investissement et BPI France innovation.

BPI France en action

– Cofinancer les prêts bancaires à moyen et long terme des entreprises (PME et ETI)

– Financer l’innovation via des subventions et des avances remboursables

– Proposer un service de garantie de prêts bancaires

– Investir en fonds propres dans les entreprises ou dans des fonds partenaires à tous les stades de développement de l’entreprise (amorçage, capital risque, capital développement, transmission)

– Soutenir l’export

  • BPI FRANCE EN REGION : UN PARTENARIAT RENFORCE AU SERVICE DES ENTREPRISES

 Le Comité régional d’orientation

Alain Le Vern, Président de la Région, présidera le CRO composé de 25 membres : représentants de l’Etat, représentants du conseil régional, représentants de la Caisse des dépôts et consignations, des organisations syndicales de salariés, d’employeurs et de travailleurs indépendants, du CESER, de la CCI de région, de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat, de personnalités compétentes dans le domaine de l’économie désignées par le Président, un représentant de l’ADEME.

Le CRO se prononce sur la stratégie d’intervention de la BPI en région. Il est en cours de composition.

Jérôme Rousseau, l’actuel directeur régional d’OSEO, sera le directeur général de la BPI pour la Haute-Normandie.

 Des outils et des interventions mutualisés.

Le portail Haute-Normandie Espace Entreprises (www.hn-espace-entreprises.fr) créé par la Région en 2006, sera mis au service de la Banque publique d’investissement comme plateforme d’accueil et d’orientation.

Porte d’entrée unique des entreprises pour déposer leurs demandes d’aides publiques, cette plateforme régionale permet de mettre les entreprises en relation avec le bon interlocuteur et leur propose un accompagnement personnalisé.

La coordination des financements de la Région avec celles de la BPI sera par ailleurs renforcée et des outils d’intervention nouveaux seront mutualisés. Il sera alors possible de proposer de nouveaux services aux entreprises, dans un souci de simplification de leur démarche, afin de leur proposer une réponse rapide et efficace.

Renault : annonce de la suppression de 7500 emplois, Catherine Troallic députée de Seine-Maritime réagit.

Catherine Troallic et Matthieu brasse en distribution à Renault sandouville

« Je partage la vive inquiétude des salariés qui s’interrogent sur l’avenir de chacun des sites sur lesquels ils se trouvent et notamment des habitants de l’agglomération havraise qui travaillent à Sandouville. Cette annonce n’est hélas qu’une demi-surprise car personne n’ignore les problèmes de la filière automobile française dans un contexte de concurrence mondiale accrue. A la différence de PSA, on peut se réjouir du fait qu’il n’y ait à ce stade, ni licenciement, ni plan social. Mais ce que Carlos Ghosn appelle un « redéploiement d’effectif » est bien une suppression d’emplois. Je note toutefois qu’Arnaud Montebourg a pu souligner que « ces suppressions d’emplois étaient à ce stade « des propositions dans la discussion », dans le cadre « du dialogue social de compétitivité » ». La direction de Renault doit aller jusqu’au bout dans sa démarche responsable d’anticipation et de concertation. La stratégie, déjà utilisée en Espagne, consistant à mettre la pression sur les salariés, en agitant la menace de la fermeture de sites pour les contraindre à accepter un accord de compétitivité relève du chantage et ne serait pas acceptable. Regagner des parts de marchés ne passe pas nécessairement par un sacrifice des salariés. Toutes les solutions doivent être analysées et discutées sans tabou avec l’ensemble des partenaires sociaux. Tout accord éventuel nécessitera de la part de la direction de Renault des contreparties. Comme Arnaud Montebourg, « nous souhaitons dès que le marché repartira, que Renault prenne des engagements de réembauche et notamment de jeunes pour remplacer les départs à la retraite qui partiront naturellement« . L’Etat qui est actionnaire de Renault doit jouer un rôle d’arbitre dans ces négociations et dans leur suivi. A ce titre, j’ai pris l’attache du Ministre du Redressement productif qui travaille d’ores et déjà activement sur ce dossier et ai demandé ce matin en commission des affaires économiques la possibilité d’auditionner les responsables de Renault sur le sujet. Au-delà de l’urgence et de la nécessité de faire face aux difficultés immédiates des constructeurs, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault et la majorité doivent poursuivre leurs initiatives stratégiques (plan de soutien à la filière automobile, banque publique d’investissement, crédit d’impôt compétitivité-emploi notamment) afin d’inciter à préparer le paysage automobile de demain »