La procuration, comment ça marche ?


La procuration pensez-y. par PartiSocialiste

La procuration, comment ça marche ?

Les deux tours de l’élection présidentielle (22 avril et 6 mai) ont lieu pendant les vacances scolaires de certaines zones.

Vous ne pouvez pas aller voter le 22 avril ou le 6 mai ? Vous pouvez donner procuration à la personne de votre choix, inscrite sur les listes électorales dans la même commune que vous.

Rendez-vous simplement dans votre commissariat, brigade de gendarmerie ou tribunal d’instance muni d’une pièce d’identité (passeport, carte nationale d’identité, permis de conduire).

En établissant la procuration, vous attesterez des raisons pour lesquelles vous ne pouvez pas être là (vacances, déménagement, etc.) et indiquerez prénom, nom, adresse, bureau de vote, date et lieu de naissance de la personne que vous avez choisie (qui ne peut porter qu’une procuration).

Si vous ne connaissez personne pour porter votre procuration, les équipes du PS peuvent vous mettre en relation avec des électeurs près de chez vous en nous contactant ou en vous rendant sur le site http://www.procuration2012.fr/

Venez discuter désindustrialisation et évasion fiscale avec Marie-Noëlle Lienemann ce lundi 26 mars à Harfleur

A l’invitation de Catherine Troallic et Matthieu Brasse, candidats socialistes aux élections législatives pour la 8ème circonscription de Seine-Maritime, venez discuter du programme de François Hollande en matière de lutte contre la désindustrialisation et l’évasion fiscale avec Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris et ancienne ministre du Logement, Estelle Grelier, Députée européenne et Jacques Dellerie, maire de Sandouville.

Rendez-vous ce lundi 26 mars, 18h30 à Harfleur (salle de la Taillanderie – La forge, rue Frédéric Chopin)

Laurent Fabius au Havre hier soir

Après avoir rencontré les étudiants de Science-Po. au Havre, Laurent Fabius, a tenu une réunion publique sur les 100 premiers jours de François Hollande à la salle René Cassin.

Santé, emploi, justice, éducation, économie, international,… devant plus de 300 personnes et entouré des candidats aux élections législatives, Catherine Troallic et Matthieu Brasse, Laurent Logiou et Nada Afiouni, l’ancien premier ministre de François Mitterrand a répondu à toutes les questions concernant les premières réformes qui seraient engagées si François Hollande et les députés de Gauche l’emportaient le 6 mai (2nd tour de l’élection présidentielle) et le 17 juin (2nd tour des élections législatives). Rappelant que rien ne sera possible si les électeurs ne se déplacent pas dès le 22 avril prochain (1er tour de l’élection présidentielle).

Retour en images sur cette réunion publique.

Venez discuter des 100 premiers jours de François Hollande avec Laurent Fabius ce jeudi 22 mars au Havre

Préparer les 100 premiers jours du mandat, c’est la tâche que François Hollande a confiée à Laurent FABIUS au lendemain de sa victoire aux primaires citoyennes.

Dans le cadre de l’élection présidentielle et des réunions pour le changement avec François HOLLANDE, Laurent FABIUS, ancien Premier ministre, Député de Seine-Maritime et président du comité de soutien à François Hollande en Haute-Normandie sera au Havre ce jeudi 22 mars, 18h30, à la salle René Cassin (130 rue Anatole France).

Il sera l’invité des candidats aux élections législatives de l’agglomération havraise, Laurent LOGIOU et Catherine TROALLIC, pour présenter les principaux enjeux de cette élection et les principales réformes qui seraient engagées dans les 100 premiers jours suivant la victoire du candidat socialiste. Il répondra ensuite aux questions des citoyens et des journalistes présents.

Cette réunion est publique et ouverte à toutes celles et ceux qui souhaitent poser leur question sur le programme de François HOLLANDE.

Campagnes présidentielle et législatives suspendues au Havre pour saluer la mémoire des victimes de la tuerie de Toulouse


François Hollande réagit à la tuerie de Toulouse par francoishollande

Intervention de François Hollande à Toulouse

« Ici s’est produit un terrible drame, horrible – quatre morts, trois enfants, un blessé grave. C’est une ignominie, et je devais être là pour exprimer à ces familles meurtries, mais aussi à cette école juive – car c’est une école juive qui a été visée, l’antisémitisme s’ajoutant à l’abjection –, je devais être là aussi pour exprimer ma solidarité à l’égard de la ville de Toulouse. Et dire que ce n’est pas une école, des Juifs, une ville qui ont été touchés. C’est la France tout entière.
« Et c’est donc la République, dans ce qu’elle a de plus grand, de plus fort, son unité, qui doit répondre face à cette barbarie. L’assassin devra être retrouvé. Le plus tôt sera le mieux, car c’est un danger majeur. Et puis, il y a la demande de protection et de sécurité qu’expriment des familles, qu’expriment aussi des communautés religieuses qui sont touchées parce qu’elles sont, justement, objet de haine.
« La République, c’est la laïcité – et donc c’est la liberté de la religion. Et c’est la protection de tous ceux qui croient, comme d’ailleurs de ceux qui ne croient pas. »Je suis ici, dans cette école, auprès des familles, auprès des enseignants, pour dire aussi que nous n’oublierons rien : rien de ces enfants tombés dans des conditions atroces, rien de ce directeur d’école qui a vu sa fille assassinée lâchement. Nous n’oublierons rien, pour que la République à chaque fois soit plus grande et plus forte. Parce que la démocratie et la République seront toujours capables défaire la barbarie.
« Voilà les mots que je voulais dire ici même, à l’endroit exact où s’est produit le drame. Il y a des moments où nous devons être tous rassemblés, tous unis autour d’une cause qui nous dépasse chacun d’entre nous, chacune d’entre nous, parce que c’est la cause de l’unité nationale, parce que c’est la cause de la République.
« Voilà le message que j’ai adressé aux familles, aux parents et aussi aux enseignants.
« Voilà le message qui doit être porté partout en France : celui de l’unité et celui de la force de la République face à l’ignominie. »

LE 17 MARS, FAITES LE CHANGEMENT AU HAVRE

SAMEDI 17 MARS DE 14H30 à 17H30, vous êtes TOU-TE-S bienvenu-e-s dans la campagne de François Hollande.

Plusieurs centaines de points de rencontre partout en France vous accueilleront dans une ambiance conviviale pour répondre à vos questions et vous présenter comment participer à la campagne près de chez vous (porte-à-porte, diffusion du projet, aide aux procurations…).

Au Havre, les Socialistes et les Radicaux de gauche vous accueillerons à leur stand sur le parvis de la Zac Coty (côté Printemps) de 14h30 à 17h30.

Le candidat sortant à Villepinte : tout ça pour ça…

En meeting à Villepinte, le candidat sortant a tenté de (re)lancer sa campagne.

La magie de 2007 n’est pas au rendez-vous en 2012 : le bilan et l’échec sont passés par là. Après comme avant Villepinte, on ne sait toujours pas pourquoi ce qui a échoué ou qui n’a pas été fait depuis cinq ans réussirait maintenant. Son bilan, c’est son boulet. Son projet, c’est son bilan.

Le rassemblement de la majorité sortante est factice : Fillon et Copé préparent déjà l’après ; Juppé annonce un congrès de l’UMP à l’automne ; Borloo et Yade, annoncés, sont finalement absents. A l’issue du quinquennat Sarkozy, la France est divisée et la droite fragmentée.

En une heure de discours, pas une idée nouvelle pour la vie quotidienne des Français : emploi, école, logement, santé, transports, pouvoir d’achat, services publics ne sont pas évoqués. Alors que F. Hollande a présenté ses 60 engagements et leur financement il y a un mois et demi, on attend toujours une vision d’ensemble de la part du candidat UMP : une compilation de promesses non tenues et d’idées saugrenues ne font pas un projet pour la France et pour l’Europe.

Son échec, c’est la faute aux autres. La faute à la crise que la funeste loi TEPA avait précédée d’un an. La faute à la gauche qui n’est plus aux responsabilités depuis dix ans. La faute aux syndicats qui n’ont pas été écoutés durant le quinquennat. Et désormais la faute à l’Europe qu’il a présidée au 2ème semestre 2008 et dont il revendique l’orientation libérale conservatrice avec Mme Merkel. Quand on est chef de l’Etat, on rend des comptes au lieu de régler des comptes.

Plus que jamais, F. Hollande incarne le changement : le redressement productif, financier, éducatif plutôt que l’abaissement aggravé ; la justice sociale, fiscale, territoriale plutôt que les inégalités augmentées ; le rassemblement des Français autour des valeurs de la République  plutôt que la division exacerbée entre les personnes, les catégories et les générations.