11329786_477053642461229_1075444016347868577_n

La déchéance de la nationalité n’est pas la bonne réponse face aux terroristes : mettons rapidement fin à ce faux débat ! 

Loin des passions déchaînées qui dépassent les clivages droite-gauche ces dernières semaines, je veux en toute sérénité donner mon avis sur l’introduction dans la Constitution de la déchéance de nationalité.

La déchéance de nationalité existe déjà dans notre droit pour les bi-nationaux selon certaines conditions. Et pourtant, elle n’a jamais empêché, jusqu’à présent, le moindre attentat, ni les actes de violence proférés par les terroristes.

Cette mesure, si elle est introduite dans la loi fondamentale et étendue aux Français nés en France, sera donc, à mon sens, tout aussi inefficace. Elle ne découragera aucun candidat à se faire exploser au milieu de la foule. Face à un terrorisme aussi particulier, l’efficacité de la déchéance de nationalité des binationaux est absolument dérisoire car, pour être déchu de la nationalité française, il faut que le terroriste soit binational, vivant, jugé, condamné et avoir exécuté sa peine…

En matière de lutte contre le terrorisme, il y a une exigence de résultat et d’efficacité et donc de sécurité et de protection.

Chacun peut comprendre et accepter qu’à la liberté, qui nous est pourtant si chère, on puisse faire des concessions en faveur de la sécurité en des moments extra-ordinaires. Chacun peut aussi se résoudre et entendre qu’il faille renoncer à certaines de ses espérances, mais non de ses valeurs, pour consolider la nation, lorsque celle-ci est menacée et pour renforcer notre République mise à mal.

Si je ne défends pas d’un même coeur la liberté et la sécurité, je veux au nom de notre liberté, davantage de sécurité. Cela passe par des moyens supplémentaires aux forces de l’ordre et de renseignement, à la justice, cela signifie aussi qu’il faille intensifier et soutenir les mesures prises par le gouvernement en la matière.

C’est pourquoi, sans état d’âme, j’ai voté l’état d’urgence qui restreint les libertés et confère aux autorités civiles des pouvoirs exceptionnels.

C’est pourquoi, je soutiens le Président de la République et son gouvernement dans les actions et mesures qu’ils ont prises ces derniers mois : plan de lutte contre la radicalisation violente des filières terroristes, loi relative à la lutte contre le terrorisme, loi sur le renseignement, mise en place de moyens humains et matériels au sein des ministères de l’Intérieur, de la Justice, de la Défense et des Finances, …

Si cette mesure ne vise pas l’efficacité mais le symbole, elle doit être porteuse d’unité, de rassemblement et non de discorde. Faire la guerre aux terroristes, c’est aussi leur montrer que nous sommes unis et rassemblés et forts de nos valeurs qui sont le socle de notre République. C’est mettre tout en oeuvre pour redonner force à notre idéal républicain.

La force de notre République, c’est son unité. Toucher à ses principes en intégrant la déchéance de nationalité dans la loi fondamentale, serait finalement déposer les armes républicaines face aux forces de la haine. Face à l’atteinte faite à notre République, c’est la République qui doit répondre avec ses armes.la bonne 

Catherine Troallic
Députée de la 8ème circonscription de Seine-Maritime
Conseillère régionale de Normandie

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *