Depuis plusieurs semaines, et ce matin encore lors du Forum de l’Estuaire, des inquiétudes, des doutes et des rumeurs circulent sur le devenir de l’hydro au Havre.

Lors de son entrée en fonction, Frédéric Cuvillier, nouveau ministre des transports, de la mer et de la pêche a trouvé une Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM) en très grande difficulté. A une situation financière extrêmement dégradée, s’ajoutait l’absence d’un projet d’établissement cohérent, un manque de réflexion sur les stratégies immobilières, des décisions contestables sur le regroupement de certains services supports et la défiance de la plupart des personnels et des élèves envers l’ancienne équipe dirigeante. La responsabilité du gouvernement précédent dans cette dérive l’ENSM est très importante. Mme Kosciusko-Morizet allait même exacerber les tensions, les inquiétudes et la concurrence entre sites en déclarant en décembre 2011 : « Il faudra faire un choix entre les différents sites que vous occupez aujourd’hui, et je suis ouverte à toutes les propositions que vous voudrez bien me faire ».

En moins de 6 mois, grâce aux efforts du nouveau gouvernement et du nouveau ministre, la situation a bien évolué même si les difficultés financières de l’école restent préoccupantes : un changement de cap salué par tous avec le maintien des 4 sites (Le Havre, Marseille, Nantes et Saint-Malo), un changement d’organisation avec la mise en place d’une nouvelle équipe dirigeante et, enfin, un changement de méthode avec la mise en chantier d’un nouveau projet d’établissement faisant place à une réelle concertation.

Dans ce contexte, avec Laurent Logiou Vice-président de la Région Haute-Normandie et conseiller municipal d’opposition, j’ai saisi récemment, par courrier, Frédéric Cuvillier au sujet de l’avenir de l’ENSM au Havre et du projet de construction d’une nouvelle école pour connaître les intentions ministérielles. Nous avons insisté sur l’importance de ce projet largement financé par les collectivités territoriales notamment la Région Haute-Normandie dont le but est de créer un pôle d’enseignement supérieur et de recherche d’excellence au Havre dans le domaine maritime et para-maritime en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés. Bien que nous n’ayons pas reçu à ce stade de réponse formelle, nous sommes convaincus que ce projet se fera et nous continuerons à plaider en ce sens, avec confiance et exigence, auprès du ministre concerné pour qui l’avenir des formations maritimes est une dimension essentielle de la politique maritime intégrée qu’il entend mettre en place.

Catherine Troallic
Députée de la Seine-Maritime
Conseillère régionale de Haute-Normandie

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *