COMMUNIQUE DE PRESSE – ENSEIGNEMENT

La Région dénonce la politique gouvernementale de casse du service public de l’éducation

A la veille des annonces en matière d’ouvertures et de fermetures des formations, Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie, désapprouve les orientations et la logique comptable du gouvernement dans le domaine de l’éducation nationale.

Depuis des années, la Région investit massivement en faveur des lycées (plus d’un milliard d’euros ces dix dernières années). Du matériel performant et coûteux a notamment été financé par la collectivité régionale. Les décisions gouvernementales que devrait annoncer très prochainement le rectorat risquent d’avoir des conséquences importantes sur la qualité des formations et de rendre de facto inutile une partie significative du parc machines.

Ces décisions s’inscrivent dans le cadre d’une politique globale dont l’objectif non avoué vise à la fermeture de nombreuses sections dans les lycées professionnels.

En effet, en fixant à 17 636 le nombre d’apprentis à atteindre dans le prochain contrat d’objectifs et de moyens 2011/2015, le gouvernement organise un transfert massif du nombre de jeunes de l’enseignement professionnel vers le secteur privé de l’apprentissage. Cet objectif correspond à 3 788 jeunes de plus en apprentissage soit l’équivalent des effectifs de plusieurs établissements publics d’enseignement professionnel !

La majorité régionale s’élève contre cette politique guidée par des objectifs strictement comptables au détriment des intérêts de notre jeunesse. A l’issue du Comité de suivi des lycées la semaine passée, le rectorat persiste dans sa gestion unilatérale et annoncera ses choix en ce début de semaine. En conséquence, nous prenons acte de ces décisions mais ne pouvons en être solidaires. Nous apportons tout notre soutien à la communauté éducative et aux parents d’élèves dans leur mobilisation pour préserver le service public de l’éducation nationale.

En début d’année, l’exécutif régional avait déjà alerté l’opinion publique sur le manque de concertation du rectorat et dénoncé le plus grand plan social jamais perpétré dans l’éducation.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *