Lettre ouverte à M. Le Maire du Havre
Communiqué de presse et lettre aux acteurs du monde éducatif

Marie-Laurencin, Anatole-France… À qui le tour ?
Télécharger le fichier

Monsieur le Maire du Havre,
En septembre 2009, trois écoles de plus auront fermé leurs portes au Havre : la maternelle Marie-Laurencin et les élémentaires Anatole-France et Pauline-Kergomard, celle-ci étant intégrée à Francis-Carco.
Ces fermetures s’inscrivent dans le cadre de vos projets de rénovation urbaine. L’avenir des enfants, les espoirs des familles, les moyens nécessaires à un enseignement de qualité, ne sont pas pris en compte. Vos priorités sont ailleurs… Tant pis si les élèves ont plus de chemin à faire ou si les classes sont à l’étroit dans des locaux inadaptés ! Tant pis si les postes qui ferment de fait ne sont pas préservés ! Six classes disparaissent à Anatole-France, mais seulement trois sont ouvertes en compensation : 1 à Renaissance et 2 à Jules-Guesde. Deux classes de moins à Marie-Laurencin pour une seule à George-Sand.
Malgré les protestations des habitants des quartiers et des équipes enseignantes qui ont été mises devant le fait accompli, vos décisions sont irrévocables et votre mépris est flagrant. Ce ne sont pas le sens de la concertation ou les scrupules démocratiques qui vous empêchent d’avancer !
À qui le tour ? On peut se le demander. Et comment les intéressés l’apprendront-ils ? Par la presse ? Seront-ils reçus en concertation une fois que le conseil municipal aura voté ?

Des propositions pour une autre politique éducative transparente et participative
Nous demandons que des études prospectives à long terme soient entreprises avant d’envisager la fermeture d’une école. Quel sera l’effet d’une telle mesure dans un an, mais aussi dans cinq ans ? Quels en seront les effets sur les autres écoles en termes d’effectifs, d’encadrement, de locaux ?
Nous demandons qu’une concertation démocratique soit mise en place avec les équipes enseignantes et avec les familles concernées.
Avant que la situation ne s’aggrave et que les tensions ne s’exacerbent, nous demandons enfin que se tienne une vaste consultation sur les besoins de l’école primaire au Havre, et ce avec tous les acteurs du monde éducatif : les enseignants et les autres personnels des équipes éducatives, les personnels municipaux, et les usagers du service public d’éducation que sont les familles, mais aussi les syndicats ou associations qui représentent toutes ces différentes catégories de personnes.
Êtes-vous prêt, Monsieur le Maire, à oeuvrer pour la tenue de ces « États généraux de l’école primaire au Havre » ? Ou bien auriez-vous peur de nous annoncer vos projets ? Et vous serait-il intolérable d’entendre quel avenir le monde éducatif de votre ville veut construire ? Nous attendons vos réponses.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *