Suppressions de postes dans le groupe Total

Le 10 mars 2009

Le groupe Total vient d’annoncer la suppression d’au moins 555 postes d’ici 2013, dont 306 postes dans la pétrochime et 249 dans le raffinage (199 à la raffinerie de Gonfreville en Seine-Maritime). Cette décision est choquante et inadmissible.

Ces suppressions de postes, qui s’ajoutent à d’autres envisagées sur des sites de Moselle et des Pyrénées-Atlantiques ou au siège social situé à La Défense, constituent des licenciements boursiers de la part de Total qui a dégagé des bénéfices records en 2008 à hauteur de 13,9 milliards d’euros et dont les dirigeants ont proposé  une hausse de 10% des dividendes distribués par action.

Le Parti socialiste dénonce la logique financière du groupe Total qui s’ajoute à sa politique de précarité sanitaire (non reconnaissance des maladies de l’amiante dans la chimie comme à l’usine de Carling en Moselle) ou d’irresponsabilité environnementale (Erika, AZF…).

Le Parti socialiste dénonce également avec force le double langage du gouvernement qui, par la voix du Secrétaire d’Etat à l’emploi, feint de s’émouvoir de la casse sociale orchestrée par Total, mais qui n’a pris aucune mesure à l’encontre des entreprises qui licencient alors qu’elles réalisent des profits et versent des dividendes à leurs actionnaires.

Pour lutter contre ces pratiques scandaleuses, le Parti socialiste a proposé dans son contre-plan de relance des mesures précises :

  • le remboursement préalable des aides publiques perçues au cours des cinq dernières années ;
  • la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi visant à proposer tous les moyens de reclassement ou de reconversion des salariés concernés dans un emploi de catégorie équivalente ;
  • le financement de la réindustrialisation des sites frappés.

Le Parti socialiste demande au gouvernement que soient mises en œuvre des mesures réellement contraignantes afin de mettre fin aux pratiques abusives dont certains groupes, tels que Total, ont fait l’alpha et l’omega de leur stratégie financière.

Communiqué de
Guillaume BACHELAY, Secrétaire national à l’Industrie, aux Entreprises et aux NTIC
Aurélie FILIPPETTI, Secrétaire nationale à l’énergie
Alain VIDALIES, Secrétaire national à l’Emploi et au travail
Laurence ROSSIGNOL, Secrétaire nationale à l’Environnement et au développement durable

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *