La fédération de Seine-Maritime du Parti socialiste organisait jeudi 11 juin à 20h30, à la salle François 1er au Havre, une réunion-débat sur le thème de la loi pénitentiaire.

 

Le PS avait réuni à la tribune, autour de Robert Wuthrick, délégué fédéral à la justice :

M. Serge Blisko, député PS de Paris et président du groupe d’études sur les conditions carcérales  et les prisons,

M. Laurent Logiou, vice-président PS de la région Haute-Normandie et conseiller municipal du Havre,

Mme Virginie Valton, magistrate, secrétaire nationale de l’Union Syndicale des Magistrats (USM),

M. Jacques Viltingot, magistrat, secrétaire régional du Syndicat de la Magistrature (SM),

Me Philippe Lescène, avocat, membre du Syndicat des avocats de France (SAF),

M. Jérôme Malthouret, référent national des travailleurs sociaux (UDGP-CGT).

 

Devant une assistance fournie, composée de professionnels et de citoyens, les intervenants ont insisté sur le nombre toujours croissant de détenus. Cet accroissement est dû pour beaucoup aux quelques 13 lois de répression votées depuis 2001, et en particulier aux « peines automatiques ». La surpopulation des prisons (63 351 détenus pour 52 741 places !) crée des conditions inhumaines de détention, indignes d’un pays démocratique, qui ont amené la France à être, à plusieurs reprises condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme. Les intervenants, au-delà du constat de l’extrême misère physique et morale rencontrée dans les prisons , ont également insisté sur les possibilités offertes par les « peines alternatives », trop peu utilisées, alors qu’elles permettent effectivement la réinsertion et évitent la récidive de façon très efficace.

 

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *