? Plus de 160 emplois déjà supprimés au groupe hospitalier cette année
Ces départs devraient continuer pendant les mois qui suivent, jusqu’aux 450 suppressions de poste annoncés.
? Avec un déficit prévu de + de 20 millions d’€ en 2008 dû au nouveau système de tarification de l’Etat mis en place par N. SARKOZY, c’est tout l’édifice de la prise en charge des malades qui est fragilisé, dans une région où les maladies profes-sionnelles sont déjà insuffisamment prises en charge et où les difficultés de la vie quotidienne poussent à se soigner toujours moins.
? Pour pallier le manque de médecins, spécialistes, dentistes… sur l’hôpital et l’agglomération, aucune mesure sérieuse ou contraignante n’est envisagée. Il manque toujours une centaine de médecins et les arrivées se font au compte-goutte.
? le prix du parking MONOD est toujours prohibitif. Cela crée une gêne insupportable pour les usagers et les familles qui sont obligés de se garer très loin ou de subir des transports publics nettement insuffisants et inadaptés. (et que dire des personnes handicapées !) Il convient de régler ce problème une fois pour toutes avant le transfert des services FLAUBERT vers MONOD et l’ouverture de la nouvelle maternité fin 2009 ! Une table ronde entre l’Etat et la CODAH devient urgente.
? la nouvelle loi à venir sur l’organisation de la santé est inquiétante : elle va renforcer la main mise de l’Etat sur l’offre de soins public/privé au détriment des partenaires sociaux alors que la sécurité so-ciale finance la plus grande part des dépenses hospitalières. La construction d’un « hôpital privé de l’estuaire » au Havre entre dans ce processus : il s’agit d’une nouvelle répartition de l’argent de la sécurité sociale en faveur du privé, au détriment des financements à l’hôpital public MONOD, et nous n’aurons plus rien à dire !
La situation est inacceptable :
pour l’avenir de l’hôpital, il faut continuer à agir
TOUJOURS PLUS D’INQUIÉTUDE
À L’HÔPITAL DU HAVRE
Claudine LELIEVRE,
Conseillère Régionale

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *