Conseil Municipal du 22 février 2010 – Délibération 74
Votre décision politique est contestable et nous ne la partageons pas parce que nous sommes :
– contre la globalisation des effectifs et la privatisation à terme du secteur de la « petite enfance »
– mais pour des écoles publiques de proximité.
Idéologiquement et politiquement, nous sommes contre.
Mme Canayer, nous a répondu en dernier conseil municipal, je cite « qu’il n’existait pas d’arguments pour les grosses structures, mais qu’il n’y avait pas non plus d’arguments contre ».
Alors, je vais m’étendre sur ce point-là.
Toutes les analyses et études de l’Education nationale montrent que dans une petite structure, il y a moins de violence, moins de bruit, moins d’anonymat, qu’il est plus facile de déceler les problèmes scolaires et familiaux, qu’il est plus aisé pour les enseignants de faire du travail individualisé. Cela relève du bon sens, je crois.
C’est d’ailleurs une des raisons du succès du privé : c’est que les parents attendent de l’école une dimension humaine et une vision globale et durable de l’enfant pendant sa scolarité.
Au contraire, les grosses structures favorisent une pédagogie unique, basée sur l’inertie des élèves. Les élèves, dites-vous, seront plus autonomes, pas scolairement en tout cas, et surtout pas pour les enfants rencontrant des difficultés. Elles n’offrent plus de recours à la pédagogie frontale ; du coup, les enfants qui n’y trouvent pas leur compte ne sont plus « gérés » que comme des élèves perturbateurs. Ces travaux démontrent en outre que les concentrations scolaires n’aboutissent pas à une amélioration des résultats, mais que c’est plutôt le contraire. Nous ne devons pas connaître les mêmes pédagogues et enseignants que vous !
Mais de la part d’une municipalité qui soutient, en parfait premier de la classe, le gouvernement qui a choisi en 2010 de supprimer 16 000 postes dans l’Education Nationale et qui a opté pour les démantèlements des rased, rien de surprenant, malheureusement…
J’en ai terminé avec ce thème-là.
Et je parlerai maintenant de la méthode et de la gestion du dossier qui dénote une fois de plus un manque total de considération envers les concitoyens voire un mépris. C’est votre manière de faire avec les électeurs, tous vos électeurs, avec les Havrais en général, avec votre équipe en particulier, certains conseillers municipaux ignorant au début de l’annonce de la fermeture de Macé et Videcoq, le dossier et se trouvant complètement démunis lorsque nous leur posions des questions.
La méthode donc celle du passage en force et du mépris. En mars 2008, le 14 précisément, ne répondiez-vous pas par écrit, Mr le Maire, à une parent d’élèves s’inquiétant d’une éventuelle fermeture de l’école Édouard Herriot, je vous cite : « Je tiens à vous rassurer tout de suite, Madame, il n’existe strictement aucun projet de fermeture d’école sur le territoire du Havre » ! Et depuis ces propos : combien d’écoles fermées ? 4, 4 en à peine 2 ans ! Mais les temps ont changé, et nous ne sommes plus en période de campagne électorale !
Pour revenir sur cette méthode, j’ai assisté à la réunion publique à Videcoq et j’ai vu des parents dépités, abasourdis par le procédé utilisé:
– Aucun chiffre à l’appui de l’argumentation
– incapacité de répondre sur le montant des économies réalisées avec la fermeture de ces 2 écoles.
– annonce de chiffres infondés. On nous dit que 14 fratries vont être concernées par la fermeture de Macé dès l’année prochaine, mais ce chiffre ne prend pas en compte les futures inscriptions qui n’ont pas encore été comptabilisées par la mairie ; on nous dit baisse du nombre d’élèves à Macé sans vouloir tenir compte de la fermeture de la classe accueillant des enfants malvoyants.
– aucune prise de notes des préoccupations soulevées alors que l’on nous disait vouloir prendre en considération toutes les éléments évoqués afin de réfléchir ensemble à la mise en place du changement,
– et un manque de réflexion flagrant lorsqu’on explique que Videcoq et Macé ne pouvaient être considérées comme deux entités à part et qu’il serait plus logique de fermer les deux écoles en 2011 puisque les petits frères ou soeurs de videcoq suivraient dès l’année prochaine les grands et donc que les effectifs de Videcoq baisseraient dès 2010-2011.
Venons-en maintenant, au fond du dossier, aux questions qui n’ont jamais trouvé de réponses:
– Vous parlez d’économiques budgétaires alors que je le rappelle, près de 300 000€ de travaux ont été effectués à Macé ces 3 dernières années et 55 000€ à Videcoq. A combien estimez-vous les économies avec la fermeture de ces 2 écoles?
A combien va se monter le coût des travaux à Dauphine, Percanville et Herriot pour accueillir les nouveaux enfants ?
Vous dites, Monsieur le Maire, que c’est légitime d’essayer de gérer le mieux possible l’argent que l’on prend dans la poche des contribuables havrais, c’est donc aussi légitime de leur dire combien on va leur prendre, non ?
– Quel est ce projet de Pôle muséal en lieu et place de l’école Macé? Mme Ernoult, qu’en pensez-vous ?
Avez-vous fait une « étude de marché » sur les besoins, la demande, la fréquentation ? Et combien va coûter le déménagement du labo de taxidermie de Tourneville à Macé dans ce musée ? Quel coût pour la restructuration de l’école en bâtiment à visée culturelle ?
– Vous parlez de baisse démographique sur le quartier : pouvez-vous nous fournir les chiffres sur les 5 dernières années et les 5 prochaines, pas sur le centre-ville, mais sur le quartier ?
– Dans quels délais comptez-vous répondre aux besoins de travaux à Dauphine pour accueillir les nouveaux arrivants ? La cour et la cantine sont déjà trop petites pour les élèves actuels.
Vous vous êtes certainement rendus dans les groupes scolaires Carco-Kergomard depuis le regroupement et avez pu remarquer que des malfaçons apparaissent déjà parce que les travaux ont été faits très vite pendant l’été parce que vous vouliez vite fait aussi fermer ce dossier.
Et les besoins en personnel ? Pas d’agent de sécurité à la sortie de Dauphine ni à Percanville actuellement. Le midi, seulement 2 personnes pour faire traverser 150 enfants pour aller à la cantine ? Ce sont des demandes qui ne datent pas d’hier, mais qui n’ont jamais obtenu de réponses !
– A combien avez-vous estimé la baisse du chiffre d’affaires des commerces de proximité de la rue de Paris, quelles sont les actions que vous allez mettre en place pour dynamiser l’activité de ce quartier ?
Selon Mr Lequellec, l’attractivité des commerces de la rue de Paris, c’est uniquement le problème des commerçants, Mr Migraine, qu’en pensez-vous ? Quel avenir pour le commerce de quartier dans ces conditions ?
– Vous vous dites préoccupés par le cadre de vie des enfants, mais avez-vous demandé à Air Normandie des chiffres sur la pollution de l’air quai Lamblardie qui va ouvrir à double sens et sur lequel donne la cour de Dauphine ?
– Quels sont les projets de la municipalité après le départ du CNFPT ?
– Comment comptez-vous traiter le problème de sécurité des bassins ?
– Enfin, dernière question vous aviez annoncé, Mme Canayer, à la réunion à Macé que les parents auraient le choix d’inscrire leurs enfants dans telle ou telle école. Il en est quoi au regard de cette délibération ? Et qu’en est-il des dérogations ?
Pour finir, je sais, vous êtes majoritaires et nous pourrions parler des heures sur le sujet, vous n’en avez que faire puisque votre décision est prise, Monsieur Le Maire, mais qu’en pense chacun de vos élus, sont-ils au fait de ce dossier, croient-ils que c’est une bonne décision, ont-ils été concertés avant la décision finale, ont-ils eu leur mot à dire dans la prise de décision ? Et si vous le permettez, je les encourage vivement à s’exprimer, dans cette enceinte qui se veut démocratique, plutôt que sur des blogs, de visu plutôt que cachée derrière la toile !

Vous vous dites sûrement, c’est un mauvais moment à passer, mais dans quelques temps, tout cela sera oublié, rangé dans les tiroirs. J’espère néanmoins que vous en mesurez pleinement les conséquences.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *