La mobilisation du 19 mars 2009 a connu une ampleur incontestable, tant par le nombre de grévistes, du privé comme du public, que par le nombre de manifestants qui se sont retrouvés pour redire haut et fort qu’ils n’ont pas à payer une crise dont ils ne sont pas responsables.  

Pourtant, le gouvernement s’entête à justifier des mesures comme le bouclier fiscal ou la défiscalisation des heures supplémentaires, alors même qu’elles aggravent les injustices et sont contre-productives face au développement du chômage. Il persiste dans sa politique de suppression d’emplois publics. 

Des entreprises et le patronat continuent à privilégier la rentabilité financière et à utiliser la crise pour accélérer des restructurations. Les suppressions d’emplois qui s’enchaînent renforcent l’inquiétude des salariés pour leur avenir et rendent légitime leur colère dans l’agglomération.

 

Face au mutisme de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement, les centrales syndicales (CFDT, CFTC, FO, CGT, CFE-CGC, FSU, SOLIDAIRES, UNSA,.etc..) ont appelé à faire front commun, une première depuis plusieurs décennies.

 

A nous socialistes de faire de même en étant présent en nombre dans le cortège de ce vendredi 1er mai.

Nous nous donnons rendez-vous à 10 heures dans les jardins de l’Hôtel de Ville du Havre

(précisément sur les marches faisant face à la mairie, au débouché de la rue de Paris)

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *