4 asso_4_actus

Depuis plusieurs années, le Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) est menacé. Suite à la décision de la CJCE du 13 avril 2011, et sous pression de l’Allemagne, le gouvernement de M. Sarkozy avait dû entériner la disparition de ce programme pour 2013.

Créé en 1987 par Jacques Delors, sous l’impulsion de Coluche et des associations caritatives, le PEAD était destiné à utiliser les surplus de la Politique Agricole Commune (PAC) pour distribuer des repas aux plus démunis. Chaque année, il permet aux associations de solidarité et de lutte contre la pauvreté d’apporter une aide alimentaire à 18 millions d’européens et de distribuer environ 130 millions de repas. En France, près de 4 millions de nos concitoyens en bénéficient. L’apport de l’Union européenne couvre un tiers des denrées distribuées par les associations de solidarité et peut constituer jusqu’à 50% des ressources de certaines associations françaises.

Face à l’importance sociale du programme dans une Europe où près de 115 millions de citoyens européens sont menacées de pauvreté et d’exclusion, les associations de solidarité et une majorité d’Etats membres, dont la France, sont mobilisées pour trouver une solution. Le PEAD, refondé en Fonds européen d’aide aux plus démunis, relèverait dans le futur du Fonds social européen (FSE), et la politique de cohésion et non de la politique agricole.

Catherine Troallic, Laurent Logiou, Florence Péreon et l’ensemble des membres du parti socialiste Havrais tiennent à apporter, de nouveau, leur soutien aux associations de solidarité et de lutte contre la pauvreté qui se battent pour le maintien de l’aide européenne alimentaire aux plus démunis.

Nous exhortons les chefs d’Etat et de gouvernement européens réunis au Conseil européen, conformément aux engagements pris de réduire de 25% la pauvreté dans l’Union européenne à horizon 2020, à sauvegarder le principe de l’aide alimentaire et à veiller que la mise en place d’un nouveau cadre notamment un élargissement du fonds à de nouvelles missions ne se fasse pas au détriment de cette aide alimentaire. Nous rappelons également tout notre soutien au combat de François Hollande et du gouvernement français pour obtenir un budget européen à la hauteur des besoins des peuples européens. Il en va de l’avenir de l’Europe.

Matthieu Brasse
Secrétaire de section
Député suppléant

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *