Suite à une réunion qui s’est tenue jeudi soir avec les représentants syndicaux CFDT de la CMA-CGM, Laurent Logiou, Vice-président de la Région Haute-Normandie et chef de file de l’opposition socialiste municipale, et Catherine Troallic, Députée de Seine-Maritime, réagissent par rapport à la décision de la direction de la CMA-CGM de transférer les lignes africaines (ex-Delmas) de l’armement du Havre à Marseille.

Nous comprenons et partageons l’inquiétude des représentants syndicaux et du personnel de la CMA-CGM. Si cette décision était exécutée ce serait un coup rude porté à l’emploi dans le secteur maritime au Havre alors que nous avons tous les atouts pour qu’il se développe.

« Dès que les premières informations nous sont parvenues sur ce projet, j’ai pris l’attache du cabinet de M. Montebourg pour les alerter. Je viens de saisir officiellement le ministre du redressement productif du sujet par voie de question écrite afin d’obtenir toutes les informations et les détails sur l’accord conclu entre le FSI et la CMA-CGM notamment sur la nature des contre-parties exigées et exigibles », rappelle Catherine Troallic.

Il ne s’agit pas, à ce stade, de préjuger de l’opportunité de l’entrée du FSI au capital de la CMA-CGM qui peut être utile au développement du 3ème armateur français qui est endetté. C’est une question qui est d’ailleurs évoquée depuis 2009. Mais nous tenons à rappeler que, contrairement à la politique de la droite menée pendant des années, dès lors qu’il y a intervention de la puissance publique, il y a droit de regard de la puissance publique ! L’Etat a son mot à dire et doit obtenir toutes les garanties de la part du groupe notamment sur le maintien de l’emploi dans ce secteur au Havre. Il serait incompréhensible que d’un côté le Fonds stratégique d’Investissement entre au capital à hauteur de 115 millions d’euros et que, de l’autre côté, la direction de la CMA-CGM soit prête à dépenser, selon les estimations des syndicats, de 20 à 25 millions d’euros pour délocaliser une partie de ses activités et de ses personnels du Havre à Marseille !

« La stratégie consistant à déshabiller Paul pour habiller Jacques avec l’emploi de fonds publics ne serait pas acceptable et serait très mal perçue à juste titre par les salariés et les syndicats ! Ce n’est pas le gel du plan que nous attendons de la part de M. Saadé et de la direction du groupe de la CMA-CGM mais bien un retrait de ce plan. Je veux aussi rappeler que la Ville du Havre avait aidé financièrement en 1996 l’arrivée de ce groupe, cela créé une vraie responsabilité à la direction de la CMA-CGM envers notre territoire et ses habitants. Je trouve d’ailleurs que le manque de combativité de M. Philippe, Maire du Havre, sur le sujet est très regrettable. Effectivement si rien n’est fait, ni tenté, ce plan sera, comme il le soutient, inéluctable», insiste Laurent Logiou.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *