Tribune M.Brasse - Au-delà de La Rochelle, le drapeau se lève - Paris-Normandie du 03-09-2014

Paris Normandie du 03-09-2014 « Tribunes et Opinions »
http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/1349890/actualites+politique/matthieu-brasse–au-dela-de-la-rochelle-le-drapeau-se-leve#.VAhtp_l_uSo

« La semaine passée a commencé tel un western pour se terminer tel un péplum : crise gouvernementale inutile au regard des difficultés que connaissent les Français ; clôture des Universités d’été du PS par Manuel Valls acclamé à la fin de son discours. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces événements gouvernementaux ont redonné vie au Parti Socialiste et trois enseignements peuvent être tirés de ce week-end rochelais :

– Le Parti Socialiste n’est pas cuit ! En 22 ans, La Rochelle n’a jamais vu autant de Socialistes : plus de 4 000. Ces Universités d’été ne se résument pas à une succession de petites phrases recoupées au montage par les chaînes d’information en continu, mais à une multitude d’ateliers, d’auditions et de tables rondes où militants, ministres, experts de la société civile échangent et proposent.

– Les militants sont déboussolés parce que les résultats économiques escomptés tardent à arriver. Il y a, de fait, un clivage entre les socialistes sur le cap économique à tenir pour notre nation. Clairement, il y a les tenants du redressement par la production de richesses et les tenants du redressement par la plus grande redistribution de richesses. Mais le socialisme n’est pas qu’économique, il est d’abord démocratique. Le débat est donc inhérent au PS à l’inverse d’autres formations d’opposition. Revers de la médaille : il peut apparaître comme l’expression d’un profond désaccord. Les militants sont toujours là et savent qu’il n’y a pas deux lignes irréconciliables. L’une doit influencer l’autre sans surjouer la différence.

– La gauche désunie est sociologiquement isolée, chacun défendant un pré carré. Or, nous assistons à une évolution des discussions au sein de notre parti et également entre les formations politiques de Gauche qu’elles fassent partie ou non de la majorité. Les débats ont lieu au Parti Socialiste et non plus dans l’enceinte d’un gouvernement ou d’un parlement. Preuve en est la présence de Jean-Michel Baylet (Parti radical de gauche), Christiane Taubira, Emmanuel Cosse (Europe écologie-Les Verts) et Pierre Laurent, Premier secrétaire du Parti communiste qui tenait pourtant ses Universités d’été ce même week-end à plus de 700 km. Ou encore au même moment l’adhésion au PS d’un ancien leader du NPA au Havre.

Au-delà des unes de certains journaux, ce week-end rochelais a mis en évidence un Parti Socialiste qui est, plus que jamais, le cœur de la gauche. On veut le stimuler, le choquer, le transplanter ! Mais c’est lui qui donnera les impulsions nécessaires au gouvernement. Il tachycarde tout simplement, comprimé entre les promesses de 2012 et l’urgence de résultats.

Il faut donc redéfinir notre carte d’identité rapidement et c’est ce qui a été proposé au-delà de La Rochelle jusqu’au mois de décembre avec les États Généraux des socialistes. J’invite chacun, de celui qui crie au « social-traître » au plus grand fan de Manuel Valls, à contribuer à l’écriture de ce scénario pour continuer à lever le drapeau de la gauche ».

Matthieu Brasse est secrétaire de la section du Parti socialiste au Havre.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *