Depuis 6 ans maintenant, les gouvernements successifs (dont Sarkozy fut ministre à temps presque plein), ont fait passer plus d’une loi par an sur la délinquance, la récidive, les crimes de voisinage, j’en passe…
Avec quel résultat ? Toutes les bonnes questions valent la peine d’être posées !
Si on en croit certains chiffres, la criminalité a baissé. Oui mais, les attaques contre les personnes ont augmenté de près de 30% : chacun d’entre nous risque d’être agressé sur le trottoir beaucoup plus, beaucoup mieux qu’avant que Nicolas Sarkozy devienne Ministre de l’intérieur, puis Ministre d’Etat. On peut rêver : maintenant qu’il est Président de la République, plus aucun délinquant n’osera attaquer personne. Encore moins une personne âgée.
Et bien sûr, ce sera grâce aux lois “antirécidive” votées pendant l’été. Pensez donc : personne n’osera sachant qu’il y a des peines automatiques, et qu’il n’y aura pas (plus jamais ?) d’amnistie. Sauf que bien sûr les délinquants sont toujours sûrs que eux-mêmes ne seront jamais pris (ah non, pas moi !). Et donc bien sûr ils continuent, et bon nombre d’entre eux se font prendre, mais c’est quelque chose que ces délinquants-là ne réalisent jamais.
Alors nous allons continuer à avoir cette politique bizarre : un fait divers dramatique sera mis en scène par les médias (et surtout la télé !), une fois l’opinion publique bien chauffée, on passe un texte de loi. Inapplicable, inappliqué. D’autant plus, ou d’autant moins qu’aucun moyen complémentaire n’est donné au système de la justice en France (le plus pauvre d’Europe). Et de toutes façons, si le délit relève des Assises, il faudra des années avant qu’il passe devant un tribunal, nous avons là aussi le plus triste record d’Europe : ce n’est pas la faute du système judiciaire, mais celle des gouvernements qui ne donnent pas les moyens suffisants à la justice.
Ensuite le délinquant, ou le criminel, ira en prison. Et on attendra qu’il purge sa peine, qu’il “paye sa dette à la société”, et on le remettra en circulation. Oui, mais il aura été incarcéré dans des conditions inadmissibles, dans des prisons vétustes, sans hygiène élémentaire, sans aucune chance d’apprendre (ou même simplement d’entretenir sa connaissance) un métier. Quelle “ré-”insertion ? Quel espoir pour lui, ou pour nous ?
Ah mais, nous avons de la chance ? Monsieur le Président, qui heureusement pense à tout, a l’intention de dépénaliser les crimes d’argent ou d’affaires : ceux qui détiennent le capital n’ont pas à aller devant les cours d’assises.
Enfin, voilà réglées les difficultés de la justice, et en plus on n’a même pas besoin de moyens supplémentaires !
Robert WUTRICK

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *