Suite à la réponse d’Edouard Philippe, après la parution de l’interview d’Alain Le Vern sur l’aéroport interrégional de Normandie Deauville et la mise en cause des choix de M. Philippe, Président dela CODAH, sur l’aéroport d’Octeville, paru dans le Havre Presse d’hier, Laurent Logiou, VicePrésident de la Région et chef de file des socialistes havrais et de l’agglomération, réagit.
J’ai été étonné des propos de M. Philippe: sur le service à la population, personne n’ignore les pertes d’exploitation répétées de l’aéroport d’Octeville, le recul du trafic puisque l’on est passé de 52 315 passagers en 2006 à 29 915 en 2011, pendant que l’aéroport de Deauville Normandie confirme sa place de premier aéroport normand avec une progression de trafic de 55 021 passagers en 2006 à 130 000 passagers en 2011, et ce n’est pas pour rien quela CCIdu Havre s’est désengagée d’Octeville et que l’ensemble des CCI Régionales se sont engagées pour l’aéroport interrégional de Deauville. Sur le coût maintenant, il n’y a plus de subvention certes, mais la délégation de service public coûte la modique somme de 2 135 898 euros jusqu’en 2015 payée par les contribuables dela CODAH; pour quelles raisons M. Philippe, contrairement à ses engagements (cf les propos d’Alain Le Vern), a-t-il choisi d’attribuer une nouvelle délégation de service public en mai 2012 et de maintenir sous perfusion d’argent public l’aéroport d’Octeville? Dans un contexte de rareté des crédits publics, la position de M. Philippe est incompréhensible puisqu’il faut seulement une trentaine de minutes pour rejoindre l’aéroport de Normandie Deauville en partant du Havre, cet aéroport est donc aussi un aéroport havrais. Elle est d‘autant plus surprenante qu’en son temps, M. Rufenacht avait lui-même fini par admettre que la stratégie d’un aéroport interrégional unique était la meilleure.

Concomitance de faits et troublante coïncidences

Rapporté au nombre de passagers concernés, le coût de l’aéroport d’Octeville est prohibitif pour le contribuable et l’ensemble de la collectivité. Ce dernier concurrence inutilement le développement d’une plateforme aéroportuaire d’envergure internationale dont notre territoire a besoin. Alors comment expliquer le soutien de certains élus dela CODAHà l’aéroport d’Octeville en dépit de la gabegie d’argent public que cela représente? Comment comprendre ce revirement de M. Philippe dès lors qu’économiquement et stratégiquement ce choix ne se justifie pas?

Ce revirement a été effectué au moment des législatives sur la 7ème circonscription avec comme suppléant le maire d’Octeville et le soutien du Maire de Sainte Adresse, qui voient d’un mauvais œil, depuis de nombreuses années, la fermeture de lignes de l’aéroport. J’ose espérer que M. Philippe n’ait pris la décision sur l’aéroport d’Octeville que pour des motifs purement électoralistes. Mais si cela était avéré, il aurait privilégié ses intérêts personnels et politiques au détriment de celui de l’intérêt général et du contribuable et ce serait très choquant.

Au-delà des revirements voire des mensonges, les contradictions de M. Philippe !

Dernière contradiction et non des moindres de M. Philippe sur ce dossier. Celui-ci se présente comme un défenseur du projet de constitution d’un pôle métropolitain de l’Estuaire notamment avec les communes du Pays d’Auge mais il préfère, dans le cas de l’aéroportuaire, se replier sur le seul territoire de l’agglomération havraise plutôt que de porter un aéroport interrégional de Deauville Normandie qui serait situé géographiquement au cœur de ce pôle métropolitain. Combien de temps et d’argent public gaspillé faudra-t-il encore attendre pour que M. Philippe mette ses actes en conformité avec ses paroles?

M. Rufenacht, avec qui j’avais de profonds désaccords, avait, lui, une vision pour l’avenir du Havre et des havrais et savait, sur de grands dossiers, s’appuyer sur la Région. M.Philippe, et c’est ce qui m’inquiète le plus, est en train d’isoler notre ville et notre agglomération sans grand dessein, ni vision à long terme. Mais on peut encore se rattraper sur ce sujet comme sur d’autres, Alain Le Vern lui a écrit ainsi qu’au Maire de Caen pour réfléchir ensemble à l’avenir de l’aéroportuaire interrégional, j’espère qu’il saisira cette perche dans l’intérêt des havrais.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *