Communiqué de presse des députés Catherine Troallic, Estelle Grelier, Christophe Bouillon et du Président de la Région Haute-Normandie Nicolas Mayer-Rossignol suite à la table ronde sur le projet de canal Seine-Nord Europe du 29 juin au HavreIMG_8608

« Nous tenons à saluer la tenue de la table ronde sur le projet de canal Seine-Nord Europe ce matin en Sous-préfecture du Havre. Proposée par les députés de la vallée de la Seine – Catherine Troallic, Estelle Grelier, Christophe Bouillon – et le Président de la Région Haute-Normandie – Nicolas Mayer-Rossignol – elle avait pour objectif de réfléchir aux moyens d’améliorer la compétitivité des ports d’HAROPA, d’élargir notre hinterland et d’évoquer l’avenir des domaines afférents au monde portuaire (douane, foncier, logistique). Cette table ronde a été utile à bien des égards.

D’abord pour écouter les positions des acteurs portuaires, maritimes, fluviaux du Havre et de Rouen et pour mesurer leurs inquiétudes.

Ensuite pour rappeler que pour la première fois depuis 30 ans, l’Etat avec les Régions se mobilise concrètement pour la vallée de la Seine. Dans le Contrat de Plan Interrégional Etat-Régions et les Contrats de Plan signés en février dernier à Honfleur en présence du Premier ministre Manuel Valls et des deux Présidents de Région normandes, figurent des projets stratégiques pour le développement de l’axe Seine : développement des terminaux de conteneurs, accès fluvial à Port 2000, amélioration des accès nautiques du Grand Port maritime de Rouen, modernisation de l’axe ferroviaire Serqueux Gisors. Nous rappelons que cette table ronde n’est que la première étape d’un processus qui se poursuivra avec la mise en œuvre effective de près d’un milliard d’euros d’investissements au bénéfice de l’axe Seine et à travers un travail pragmatique au sein du Conseil de la Vallée de la Seine, aux côtés de l’ensemble des acteurs portuaires.

Il faut maintenant que ces projets que nous avons obtenus se concrétisent dans les délais les plus brefs, pour gagner des parts de marché par rapport aux ports nord-européens. Ces engagements ne doivent pas être remis en cause par le projet du canal Seine-Nord Europe. Ces infrastructures sont indispensables pour notre région, pour la bonne santé de son économie, de son environnement, pour l’emploi local, mais aussi pour l’équilibre du territoire national. Nous demandons au Gouvernement ainsi qu’au délégué ministériel François PHILIZOT, dont c’est la mission, que des garanties soient données pour le développement de la Vallée de la Seine et que les premiers chantiers sortent rapidement de terre.

Enfin nous constatons, avec regret mais sans surprise, qu’il y avait deux grands absents récidivistes ce matin. Ils ont le canal Seine-Nord plein la bouche dans leurs meetings de campagne électorale, mais, lorsqu’une table ronde est organisée au Havre sur le sujet, ne daignent même pas venir. Ils n’ont sans doute pas voulu faire face à leurs contradictions : Bruno Le Maire déclarait en 2011 que la canal Seine-Nord  est « une chance majeure pour Le Havre » et Hervé Morin y voyait en 2014 « une très bonne idée, qui a été portée par Jean-Louis Borloo ».

La Normandie a besoin aujourd’hui d’être rassemblée pour porter ensemble les investissements nécessaires au développement de notre épine dorsale qu’est la vallée de Seine. C’est le sens de notre engagement pour les Normands. »

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *