Catherine Troallic appelle à voter Macron au second tour contre le Front National

Propos recueillis le 25 avril, article du journal Paris-Normandie du 26-04-2017

Catherine Troallic appelle à voter Macron au second tour

Dimanche 7 mai, Catherine Troallic va voter Emmanuel Macron et appelle les électeurs à l’imiter. La députée PS de la 8e circonscription de la Seine-Maritime précise au passage qu’elle ne « soutien[t] pas le programme de Macron » et ne sera « pas membre de la prochaine majorité » si Monsieur Macron l’emportait et qu’elle était réélue aux législatives. Ce ralliement se justifie selon elle parce qu’une élection de Marine Le Pen à la présidence de la République serait « une catastrophe pour nos enfants ». « Il faut se mobiliser pour faire battre le FN » estime-t-elle. L’élue s’aligne ainsi sur les positions de Benoît Hamon, qui a appelé dimanche soir à la formation d’un « front républicain » favorable au leader d’En Marche. Sur le résultat électoral de Monsieur Hamon (6,4 %), Catherine Troallic juge qu’il doit beaucoup au « spectacle de la division ». La députée retient de cette campagne que le candidat socialiste « donné perdu d’avance » a néanmoins eu le mérite de « porter des idées neuves ».

Benoît Hamon : « Ma visite au Havre »

« Vendredi 10 mars 2016, visite au Havre

Avant d’ouvrir un nouveau meeting, je me suis rendu au port accompagné de Catherine Troallic, députée, et des élus locaux Matthieu Brasse, Oumou Niang-Fouquet, Nacéra Vieublé. Ce port du Havre, c’est 700 entreprises, 31 000 emplois, une localisation unique en Europe.

J’y ai rencontré l’Union Maritime Et Portuaire avec qui nous avons évoqué l’indispensable modernisation du port et le maintien de sa compétitivité. Il nous faut être ambitieux, moderniser le ferroviaire, penser l’avenir du port et mieux le relier encore à l’Europe. J’ai également échangé avec les dockers CGT du Havre. Le travail des dockers est essentiel et particulièrement exigeant : horaires décalés, pénibilité … 

Ensemble, nous avons discuté de l’indispensable nécessité d’investir et d’avoir une vision d’avenir de long terme. Nous devons développer les énergies renouvelables, l’éolien offshore, c’est une opportunité en termes d’activité et de création de très nombreux emplois. »

Benoît Hamonle 10 mars 2017 au Havre


Voeux de Catherine Troallic aux forces vives de l’agglomération du Havre

C’est avec un immense plaisir que Catherine Troallic a accueilli plus de 300 personnes, le 31 janvier, au Stade Océane, afin de présenter ses vœux à l’ensemble des forces vives de notre territoire.

Moment chaleureux au cours duquel elle a pu revenir sur son action en tant que députée de la 8ème circonscription de Seine-Maritime et nous projeter vers un avenir à la fois combatif et rempli d’espérances.

Catherine Troallic tient à remercier vivement toutes les personnes présentes à ses côtés et vous invite à retrouver le film projeté à cette occasion.

Transition énergétique : réécoutez Catherine Troallic sur France Bleu Normandie

Catherine Troallic, Députée de la Seine-Maritime et Conseillère régionale de Normandie était l’invitée de France Bleu Normandie mardi 22 novembre pour parler transition énergétique. Elle est chargée par la Ministre Ségolène Royal d’un rapport sur le sujet qu’elle remettra au gouvernement en février 2017.
Réécoutez l’émission ici :

Centrale thermique du Havre : communiqué de Catherine Troallic, interview de Matthieu Brasse

Suite aux inquiétudes portant sur l’avenir de la centrale thermique du Havre vous trouverez ci-dessous le communiqué de Catherine Troallic, députée du Havre, sur l’instauration d’un prix plancher Carbonne et l’interview de Matthieu Brasse, Conseiller municipal d’opposition, sur France bleu suite aux déclarations du Maire du Havre.

Lire le communiqué de presse de Catherine Troallic :
CP-CT-prix-plancher-carbone1-1020x1247

Ecouter l’Interview de Matthieu Brasse sur France Bleu Haute-Normandie :

« Réfugiés : être à la hauteur de la Normandie » [Tribune]

« Réfugiés : être à la hauteur de la Normandie »

Chaque jour des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants fuyant la guerre et la misère arrivent sur le sol européen. L’accueil de ces réfugiés est un défi lancé à l’Europe toute entière. Singulièrement à la France, pays des Droits de l’Homme qui fut et reste la terre d’accueil de tant de peuples opprimés. Hier italiens, républicains espagnols, portugais, ‘boat people’, yougoslaves, kosovars ; aujourd’hui kurdes, soudanais, irakiens, congolais, syriens… Tordons le cou aux caricatures : l’immense majorité de ces hommes, femmes, enfants, ne sont pas des migrants économiques irréguliers ; ce sont des réfugiés qui fuient la dictature, les persécutions, les bombes.

La France agit avec solidarité et responsabilité, à l’image de notre Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve dont nous tenons à saluer l’action exemplaire. La France prend sa part de l’indispensable effort, dans le respect du droit. Notre politique migratoire est maîtrisée : il n’y a pas plus de 100 000 demandes d’asile, dans un pays qui compte près de 67 millions d’habitants. La France traque les filières de passeurs, reconduit les personnes en situation irrégulière. Faire croire à une prétendue « invasion migratoire » est un mensonge dangereux et indigne.

Et en Normandie ? Alors que le démantèlement de la ‘jungle’ de Calais appelle une solidarité de toutes les régions de France, alors que plusieurs communes normandes, de sensibilités politiques différentes, accueillent déjà des réfugiés et se sont déclarées prêtes à en accueillir d’autres, le Président de Région Hervé Morin et ses homologues des cinq Départements Normands ont choisi d’adopter le même discours que Laurent Wauquiez ou Christian Estrosi : « on ne veut pas que le littoral normand se ‘calaisise’ » ; « pas de ‘mini-Calais’ sur les bords de Manche ». Nous regrettons ces propos qui ne sont à la hauteur ni de l’enjeu, ni de l’Histoire de notre Région.

Car de quoi parle-t-on exactement ? D’accueillir dans des Centres d’Accueil et d’Orientation, petites structures intégralement financées par l’Etat, très encadrées et qui n’ont rien de ‘mini-Calais’, 600 personnes supplémentaires en Normandie. C’est-à-dire 0,018% de la population régionale. 0,018%, ce serait insoutenable, ce serait une menace ? Avons-nous déjà oublié, amnésiques esclaves de l’instant que nous sommes, cette photo bouleversante, publiée il y a douze mois presque jour pour jour, du petit Aylan Kurdi, 3 ans, mort sur les rives de la Méditerranée, dont la tragédie fut justement rappelée à l’occasion de la cérémonie de réparation de l’église du Père Hamel, à Saint-Etienne-du-Rouvray ?

La Normandie n’est pas n’importe quelle région. Elle a une Histoire singulière. Libérés il y a 72 ans par des Américains, Anglais, Canadiens, Français du commando Kieffer, les Normands savent, peut-être un peu plus qu’ailleurs, ce que notre région, notre pays doivent à la solidarité des peuples. C’est aussi en Normandie que se réfugièrent, pendant la terrible Grande Guerre, tant de Français venus de Picardie et du Nord (dont Calais !) et des dizaines de milliers de Belges autour de leur gouvernement en exil à Lire la suite

« Ma seule bataille c’est l’emploi » Entretien avec Catherine Troallic

Entretien de rentrée avec Catherine Troallic, la députée PS de la 8ème circonscription de Seine-Maritime (Le Havre-Harfleur-Gonfreville l’Orcher-Gainneville), dans les colonnes du journal Paris-Normandie du 18 septembre 2016.

http://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/catherine-troallic-deputee-ps-du-havre–ma-seule-bataille-c-est-l-emploi-BC6848311