Table ronde sur le projet de canal Seine-Nord : communiqué des députés de la vallée de la Seine et du Président de Région

Communiqué de presse des députés Catherine Troallic, Estelle Grelier, Christophe Bouillon et du Président de la Région Haute-Normandie Nicolas Mayer-Rossignol suite à la table ronde sur le projet de canal Seine-Nord Europe du 29 juin au HavreIMG_8608

« Nous tenons à saluer la tenue de la table ronde sur le projet de canal Seine-Nord Europe ce matin en Sous-préfecture du Havre. Proposée par les députés de la vallée de la Seine – Catherine Troallic, Estelle Grelier, Christophe Bouillon – et le Président de la Région Haute-Normandie – Nicolas Mayer-Rossignol – elle avait pour objectif de réfléchir aux moyens d’améliorer la compétitivité des ports d’HAROPA, d’élargir notre hinterland et d’évoquer l’avenir des domaines afférents au monde portuaire (douane, foncier, logistique). Cette table ronde a été utile à bien des égards.

D’abord pour écouter les positions des acteurs portuaires, maritimes, fluviaux du Havre et de Rouen et pour mesurer leurs inquiétudes.

Ensuite pour rappeler que pour la première fois depuis 30 ans, l’Etat avec les Régions se mobilise concrètement pour la vallée de la Seine. Dans le Contrat de Plan Interrégional Etat-Régions et les Contrats de Plan signés en février dernier à Honfleur en présence du Premier ministre Manuel Valls et des deux Présidents de Région normandes, figurent des projets stratégiques pour le développement de l’axe Seine : développement des terminaux de conteneurs, accès fluvial à Port 2000, amélioration des accès nautiques du Grand Port maritime de Rouen, modernisation de l’axe ferroviaire Serqueux Gisors. Nous rappelons que cette table ronde n’est que la première étape d’un processus qui se poursuivra avec la mise en œuvre effective de près d’un milliard d’euros d’investissements au bénéfice de l’axe Seine et à travers un travail pragmatique au sein du Conseil de la Vallée de la Seine, aux côtés de l’ensemble des acteurs portuaires.
Lire la suite

Bâtir une Normandie pour les Normands

L’Assemblée Nationale a voté hier, mardi 26 novembre, la loi dessinant la nouvelle carte de France à 13 Régions, comprenant la fusion des 2 Normandie !

photo

Voici la réaction des Présidents de Haute et Basse-Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais, présents à l’Assemblée nationale aux côtés des parlementaires normands.

Nous saluons ce vote historique qui conforte les Régions au coeur du développement de notre pays » soulignent Laurent Beauvais et Nicolas Mayer-Rossignol. Concernant la fusion des deux Régions normandes, voilà un sujet dont on parle depuis des années. D’autres gouvernements, d’autres élus ont eu tous les leviers pour agir. Cela n’a pas été fait. C’est désormais une réalité grâce à l’initiative du Président de la République, de ce Gouvernement et des parlementaires qui ont voté en faveur de ce texte.

Notre priorité commune est claire : préparer ce que sera la Normandie de demain, avec une vision stratégique pour notre territoire. Bâtir une Normandie avec les Normands et pour les Normands. Nous y consacrerons toute notre énergie.

La tâche est immense pour relever ce défi, c’est également une formidable opportunité pour fédérer les forces de tous les territoires de la Normandie, territoires ruraux, façade maritime, réseau des villes moyennes et, bien sûr, l’axe de la Vallée de la Seine. Nos deux régions sont dotées d’atouts complémentaires qui doivent permettre de construire ensemble une Normandie de l’excellence, une Normandie rayonnante, une Normandie des solidarités.

Nous sommes d’ores et déjà mobilisés pour faire de cette réforme une réussite. Les deux Régions préparent un budget commun pour 2016. Des réunions publiques sont organisées sur toute la Normandie pour expliquer et débattre des enjeux. Un site internet (www.normandie2016.fr) a été lancé pour recueillir les avis des Normands. La société civile est également associée, les CESER rendront prochainement un rapport sur le rapprochement des politiques menées par nos deux collectivités. La Normandie est en marche.

Christophe Bouillon et Catherine Troallic (PS) « Agir et choisir pour ne pas subir » – Tribune dans Paris Normandie

Paris Normandie du 23-10-2014 « Tribunes et Opinions »
http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/1710604/c-bouillon-c-troallic-agir-et-choisir-pour-ne-pas-subir#.VEkGPPmsWSp

Photo-CT-et-CB

Christophe Bouillon et Catherine Troallic, députés de Seine-Maritime et membres de la commission spéciale sur la transition énergétique

Cette loi engage notre pays sur la voie de l’excellence énergétique et environnementale : diminution de notre consommation énergétique de 50% à horizon 2050 ; diversification de notre bouquet énergétique en développant les énergies renouvelables (éolien, hydrolien, biomasse, solaire, géothermie, énergies marines) et réduction de la part du nucléaire dans la production d’électricité. Cette loi permet au pays de répondre à trois urgences : urgence écologique en préservant la qualité de l’air et en limitant nos émissions de gaz à effet de serre ; urgence économique en diminuant notre facture énergétique, en réduisant nos importations et en créant des emplois non délocalisables; urgence sociale en améliorant le pouvoir d’achat et en luttant contre la précarité énergétique qui touche 1 Français sur 5.

La moitié de l’énergie consommée en France est le fait des logements et des immeubles. Isolation et protection sont les maîtres mots de notre action. Isolation des bâtiments d’abord. Les logements très mal isolés ne pourront plus être loués. Chaque année, 500.000 logements seront rénovés et d’abord ceux abritant des familles modestes. Protection ensuite, avec la mise en place d’un chèque énergie. Celui-ci aidera les ménages modestes à payer leurs factures d’énergies et/ou à faire des travaux d’isolation. Des mesures fiscales permettront aussi à certains contribuables de déduire jusqu’à 30% du montant de leur facture de travaux d’isolation. Les Régions pourront également participer à la rénovation des logements en se substituant aux propriétaires par le biais de société dites de « tiers financement ».

Sur les transports, la loi fixe plusieurs objectifs ambitieux : 50% des véhicules acquis par le secteur public devront être électriques ou hybrides rechargeables ; 10% de moyens de transports publics devront fonctionner avec des énergies renouvelables en 2020. Le gouvernement s’engage à déployer près de 7 millions de points de charge électrique d’ici 2030. De même, la loi prévoit la mise en place d’une prime à la conversion de vieux véhicules diesel et polluants et bonus sous condition de ressources pour l’achat d’un véhicule électrique. Ces aides pourraient atteindre jusqu’à 10.000€. Elus d’un territoire industriel, maritime et portuaire, nous savons que le trafic routier n’est pas le seul à émettre des polluants atmosphériques mais il en représente une part importante et en croissance. C’est pourquoi le développement du report modal, du fret fluvial et ferroviaire inscrit dans le texte est un impératif. Il doit à présent se traduire concrètement avec la mise en chantier des premières phases de la Ligne Nouvelle Paris-Normandie et au travers des Contrats de plan État-Région qui programment les grands investissements pour les années à venir. Prévention et action, la loi marche sur ses deux jambes. Elle favorise le développement de solutions de déplacements partagés (autopartage, covoiturage, transports en commun et intermodalité). Elle autorisera également les élus à restreindre la circulation et à interdire -en cas de forte pollution- à certains véhicules de rouler. De bonnes pratiques existent déjà. Il faut à présent généraliser leur mise en oeuvre. Lire la suite

Sénatoriales, Didier Marie et Nelly Tocqueville élus !

Au plan national, les élections sénatoriales montrent un changement de majorité au Sénat. L’UMP reprend une Assemblée sans grande vague bleue comme le pronostiquaient ses responsables. L’entrée du Front national n’augure rien de bon.

Didier Marie et Nelly Tocqueville

« Globalement, la Gauche Socialiste a résisté plutôt bien et ne perd que par manque de rassemblement à certains endroits. Même si la gauche perd une Assemblée, la grande défaite n’aura pas lieu puisque la majorité au Sénat va se jouer à une dizaine ou une vingtaine de voix … » comme l’a déclaré Jean-Christophe Cambadélis, Premier Secrétaire du Parti Socialiste

En Seine-Maritime, la liste socialiste arrive en deuxième place avec 803 voix quand l’UMP/UDI en fait 1.117 !

Christophe Bouillon, Premier Secrétaire Fédéral de la fédération du Parti Socialiste, se félicite de la réélection du Sénateur Didier Marie qui avait remplacé Marc Massion en début d’année 2014 et de l’élection d’une nouvelle Sénatrice Nelly Tocqueville qui fera ainsi son entrée au Palais du Luxembourg ! La Fédération du PS a contribué à la réélection de ses deux sénateurs en étant partie prenante d’une campagne qui fut courte et placée sous le signe de la rencontre avec les élus de terrain.

Le Parti socialiste a largement rassemblé au-delà de ses électeurs habituels. Lire la suite

Commission spéciale sur le projet de loi de la transition énergétique

Ségolène Royal

Ségolène Royal, a donné cette semaine le coup d’envoi des débats sur le projet de loi sur la transition énergétique à travers une première réunion en commission spéciale. La commission spéciale pour l’examen du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte a été installée cette semaine. C’est cette commission qui sera chargée d’examiner le projet de loi avant la séance. Composée de 70 députés majoritairement issus de la commission des affaires économiques et du développement durable, elle comprend 4 députés PS de Normandie. Parmi eux, Catherine Troallic a été nommée au bureau de la commission comme secrétaire de cette commission spéciale présidée par François Brottes.
Ci-après la réaction de Catherine Troallic suite à l’établissement de cette commission.

 » En Normandie, en Haute-Normandie, nous sommes particulièrement attentifs à la transition énergétique et aux dispositions de ce projet de loi. Cette transition énergétique nous l’avons très tôt anticipée en développant à la Région Haute-Normandie des dispositifs d’importance comme l’appel à projets Energies ou le chèque Energies. Au Havre, nous sommes particulièrement concernés par les problématiques de qualité de l’air, du développement de sources d’énergies renouvelables avec l’éolien offshore mais aussi de consommation et de production d’énergie avec un bassin industriel puissant. Ce sont pour toutes ces raisons que j’ai souhaité participer à cette commission spéciale. Avec mes collègues socialistes de Normandie, Christophe Bouillon, Clotilde Valter et Stéphane Travert, nous nous investirons dans les semaines à venir pour que ce texte permette d’amplifier les dynamiques engagées sur nos territoires. Notre pays doit réussir ce virage de la transition énergétique. C’est vital économiquement, socialement et écologiquement !« , rappelle Catherine Troallic.

Etats généraux du Parti socialiste : reformuler ensemble notre identité

Réinventons-nous PS Le Havre

Les états généraux du Parti Socialiste se dérouleront du 1er septembre au 6 décembre prochain. Lancés à l’université d’été de la Rochelle, ils auront pour objectif de reformuler la carte d’identité du Parti Socialiste avec l’ensemble des militants.

Matthieu Brasse (Secrétaire de la section socialiste du Havre, Député suppléant)  et Florence Martin-Péréon (Vice-présidente du Département de Seine-Maritime, Conseillère générale du canton 3 du Havre)  représenterons les socialistes havrais les 29,30 et 31 aôut à la Rochelle aux côtés de Guillaume Bachelay (Député de la Seine-Maritime et Secrétaire national à la coordination)  et Christophe Bouillon (Député de la Seine-Maritime et 1er Secrétaire de la fédération socialiste de Seine-Maritime).

Résolution du Bureau national du 8 juillet 2014

La BPI présentée aux acteurs économiques haut-normands par Ségolène Royal

photo

Vendredi 19 avril 2013, Ségolène Royal, vice-présidente et porte parole de la Banque publique d’investissement (BPI France) est venue présenter aux acteurs économiques haut-normands, à l’invitation d’Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie.

Ce nouvel organisme public dont la mission est d’offrir les instruments de financement au service de la croissance et du développement des entreprises, aux côtés de Pierre-Henry Maccioni, préfet de la région Haute- Normandie et de Guillaume Bachelay, Député de la 4èmecirconscription de Seine- Maritime, rapporteur du projet de loi sur la BPI à l’Assemblée Nationale, membre du comité national d’orientation de la BPI, et conseiller régional.

Nos entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou de tailles intermédiaires disposent désormais d’un outil public puissant et cohérent, dont la vocation est d’abord de structurer le tissu entrepreneurial dans les territoires explique Alain Le Vern. Un outil capable d’impulser, du côté des banques commerciales, la confiance qui fait aujourd’hui défaut pour prêter aux entreprises. Une confiance qui accompagnera l’élan des projets prometteurs pour notre région, synonymes de croissance, de créations d’emplois et d’attractivité du territoire. Ici, en région, nous sommes déjà prêts : nous avons l’expertise, la connaissance intime du tissu économique local, les compétences.

Nous travaillons depuis longtemps aux côtés d’OSEO et de la Caisse des dépôts et consignations. La création de la BPI vient conforter et renforcer ce partenariat au service des entreprises.

  •  LA BPI AU PLAN NATIONAL

Le décret d’installation du comité national d’orientation est paru le 11 avril. Le CNO est chargé d’émettre un avis sur la stratégie et la doctrine d’intervention de la BPI. BPI France est dans les faits déjà opérationnelle. Elle intègre les moyens d’intervention d’OSEO, du Fonds stratégique d’investissement (FSI) et de CDC Entreprises. Dès maintenant, le visage de BPI France en région est la direction régionale d’OSEO.

Le Président de BPI France est Jean-Pierre Jouyet, la vice-présidente et porte-parole est Ségolène Royal et Nicolas Dufourcq est directeur général

Les missions de BPI France

La BPI regroupe trois entités adaptées aux besoins de financement des entrepreneurs : BPI France financement, BPI France investissement et BPI France innovation.

BPI France en action

– Cofinancer les prêts bancaires à moyen et long terme des entreprises (PME et ETI)

– Financer l’innovation via des subventions et des avances remboursables

– Proposer un service de garantie de prêts bancaires

– Investir en fonds propres dans les entreprises ou dans des fonds partenaires à tous les stades de développement de l’entreprise (amorçage, capital risque, capital développement, transmission)

– Soutenir l’export

  • BPI FRANCE EN REGION : UN PARTENARIAT RENFORCE AU SERVICE DES ENTREPRISES

 Le Comité régional d’orientation

Alain Le Vern, Président de la Région, présidera le CRO composé de 25 membres : représentants de l’Etat, représentants du conseil régional, représentants de la Caisse des dépôts et consignations, des organisations syndicales de salariés, d’employeurs et de travailleurs indépendants, du CESER, de la CCI de région, de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat, de personnalités compétentes dans le domaine de l’économie désignées par le Président, un représentant de l’ADEME.

Le CRO se prononce sur la stratégie d’intervention de la BPI en région. Il est en cours de composition.

Jérôme Rousseau, l’actuel directeur régional d’OSEO, sera le directeur général de la BPI pour la Haute-Normandie.

 Des outils et des interventions mutualisés.

Le portail Haute-Normandie Espace Entreprises (www.hn-espace-entreprises.fr) créé par la Région en 2006, sera mis au service de la Banque publique d’investissement comme plateforme d’accueil et d’orientation.

Porte d’entrée unique des entreprises pour déposer leurs demandes d’aides publiques, cette plateforme régionale permet de mettre les entreprises en relation avec le bon interlocuteur et leur propose un accompagnement personnalisé.

La coordination des financements de la Région avec celles de la BPI sera par ailleurs renforcée et des outils d’intervention nouveaux seront mutualisés. Il sera alors possible de proposer de nouveaux services aux entreprises, dans un souci de simplification de leur démarche, afin de leur proposer une réponse rapide et efficace.