Douanes : Catherine Troallic interpelle le Secrétaire d’Etat

Catherine Troallic, députée de la 8ème circonscription de Seine-Maritime, a récemment écrit au Secrétaire d’Etat, Christian Eckert, sur la situation de la douane au Havre.
Retrouvez l’article de la presse havraise ici : http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/5587187/actualites+politique/le-havre-la-deputee-ps-catherine-troallic-intervient-en-faveur-des-douanes-aupres-du-secretaire-d-etat-de-tutelle#.Vx95dPmLSM8

Douanes  soutien parlementaire - Le Havre Libre du 22-04-2016

Dans la Normandie, les Douanes doivent rester au Havre

Communiqué de presse de Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Région Haute-Normandie auquel s’associent Les Socialistes havrais, Matthieu Brasse, Secrétaire de section, Catherine Troallic, Députée de Seine-Maritime et Conseillère régionale, Laurent Logiou, Vice-président de la Région Haute-Normandie, Oumou Niang-Fouquet, Conseillère municipale de la ville du Havre, Nacéra Vieublé – Conseillère départementale, Jérôme Dubost, Conseiller départemental

Nicolas MAYER-ROSSIGNOL« La presse de ce soir se fait l’écho de rumeurs selon lesquelles le site des Douanes du Havre, première recette française pour la perception des droits de douane, serait menacé de fermeture pour transfert à Rouen.

Je veux dire une chose simple: Le Havre est le premier port de Normandie. C’est l’un des tout premiers ports d’Europe. Comme en attestent les Contrats de Plan et le Contrat d’agglomération que j’ai signé la semaine dernière avec le Député-maire Edouard Philippe, le territoire havrais est l’un des territoires de Haute-Normandie où la Région investit le plus. Son rôle est stratégique au cœur de la future Normandie. Les Douanes ont toute leur place dans cet environnement économique, industriel, portuaire et logistique. J’ai contacté dès ce soir le Cabinet de Christian Eckert, Secrétaire d’État au Budget, auprès du ministre des Finances et des Comptes publics, à qui j’ai dit très clairement ma position. Dans la Normandie, les Douanes doivent rester au Havre.«