Bâtir une Normandie pour les Normands

L’Assemblée Nationale a voté hier, mardi 26 novembre, la loi dessinant la nouvelle carte de France à 13 Régions, comprenant la fusion des 2 Normandie !

photo

Voici la réaction des Présidents de Haute et Basse-Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol et Laurent Beauvais, présents à l’Assemblée nationale aux côtés des parlementaires normands.

Nous saluons ce vote historique qui conforte les Régions au coeur du développement de notre pays » soulignent Laurent Beauvais et Nicolas Mayer-Rossignol. Concernant la fusion des deux Régions normandes, voilà un sujet dont on parle depuis des années. D’autres gouvernements, d’autres élus ont eu tous les leviers pour agir. Cela n’a pas été fait. C’est désormais une réalité grâce à l’initiative du Président de la République, de ce Gouvernement et des parlementaires qui ont voté en faveur de ce texte.

Notre priorité commune est claire : préparer ce que sera la Normandie de demain, avec une vision stratégique pour notre territoire. Bâtir une Normandie avec les Normands et pour les Normands. Nous y consacrerons toute notre énergie.

La tâche est immense pour relever ce défi, c’est également une formidable opportunité pour fédérer les forces de tous les territoires de la Normandie, territoires ruraux, façade maritime, réseau des villes moyennes et, bien sûr, l’axe de la Vallée de la Seine. Nos deux régions sont dotées d’atouts complémentaires qui doivent permettre de construire ensemble une Normandie de l’excellence, une Normandie rayonnante, une Normandie des solidarités.

Nous sommes d’ores et déjà mobilisés pour faire de cette réforme une réussite. Les deux Régions préparent un budget commun pour 2016. Des réunions publiques sont organisées sur toute la Normandie pour expliquer et débattre des enjeux. Un site internet (www.normandie2016.fr) a été lancé pour recueillir les avis des Normands. La société civile est également associée, les CESER rendront prochainement un rapport sur le rapprochement des politiques menées par nos deux collectivités. La Normandie est en marche.

Etats généraux du Parti socialiste : reformuler ensemble notre identité

Réinventons-nous PS Le Havre

Les états généraux du Parti Socialiste se dérouleront du 1er septembre au 6 décembre prochain. Lancés à l’université d’été de la Rochelle, ils auront pour objectif de reformuler la carte d’identité du Parti Socialiste avec l’ensemble des militants.

Matthieu Brasse (Secrétaire de la section socialiste du Havre, Député suppléant)  et Florence Martin-Péréon (Vice-présidente du Département de Seine-Maritime, Conseillère générale du canton 3 du Havre)  représenterons les socialistes havrais les 29,30 et 31 aôut à la Rochelle aux côtés de Guillaume Bachelay (Député de la Seine-Maritime et Secrétaire national à la coordination)  et Christophe Bouillon (Député de la Seine-Maritime et 1er Secrétaire de la fédération socialiste de Seine-Maritime).

Résolution du Bureau national du 8 juillet 2014

La BPI présentée aux acteurs économiques haut-normands par Ségolène Royal

photo

Vendredi 19 avril 2013, Ségolène Royal, vice-présidente et porte parole de la Banque publique d’investissement (BPI France) est venue présenter aux acteurs économiques haut-normands, à l’invitation d’Alain Le Vern, Président de la Région Haute-Normandie.

Ce nouvel organisme public dont la mission est d’offrir les instruments de financement au service de la croissance et du développement des entreprises, aux côtés de Pierre-Henry Maccioni, préfet de la région Haute- Normandie et de Guillaume Bachelay, Député de la 4èmecirconscription de Seine- Maritime, rapporteur du projet de loi sur la BPI à l’Assemblée Nationale, membre du comité national d’orientation de la BPI, et conseiller régional.

Nos entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou de tailles intermédiaires disposent désormais d’un outil public puissant et cohérent, dont la vocation est d’abord de structurer le tissu entrepreneurial dans les territoires explique Alain Le Vern. Un outil capable d’impulser, du côté des banques commerciales, la confiance qui fait aujourd’hui défaut pour prêter aux entreprises. Une confiance qui accompagnera l’élan des projets prometteurs pour notre région, synonymes de croissance, de créations d’emplois et d’attractivité du territoire. Ici, en région, nous sommes déjà prêts : nous avons l’expertise, la connaissance intime du tissu économique local, les compétences.

Nous travaillons depuis longtemps aux côtés d’OSEO et de la Caisse des dépôts et consignations. La création de la BPI vient conforter et renforcer ce partenariat au service des entreprises.

  •  LA BPI AU PLAN NATIONAL

Le décret d’installation du comité national d’orientation est paru le 11 avril. Le CNO est chargé d’émettre un avis sur la stratégie et la doctrine d’intervention de la BPI. BPI France est dans les faits déjà opérationnelle. Elle intègre les moyens d’intervention d’OSEO, du Fonds stratégique d’investissement (FSI) et de CDC Entreprises. Dès maintenant, le visage de BPI France en région est la direction régionale d’OSEO.

Le Président de BPI France est Jean-Pierre Jouyet, la vice-présidente et porte-parole est Ségolène Royal et Nicolas Dufourcq est directeur général

Les missions de BPI France

La BPI regroupe trois entités adaptées aux besoins de financement des entrepreneurs : BPI France financement, BPI France investissement et BPI France innovation.

BPI France en action

– Cofinancer les prêts bancaires à moyen et long terme des entreprises (PME et ETI)

– Financer l’innovation via des subventions et des avances remboursables

– Proposer un service de garantie de prêts bancaires

– Investir en fonds propres dans les entreprises ou dans des fonds partenaires à tous les stades de développement de l’entreprise (amorçage, capital risque, capital développement, transmission)

– Soutenir l’export

  • BPI FRANCE EN REGION : UN PARTENARIAT RENFORCE AU SERVICE DES ENTREPRISES

 Le Comité régional d’orientation

Alain Le Vern, Président de la Région, présidera le CRO composé de 25 membres : représentants de l’Etat, représentants du conseil régional, représentants de la Caisse des dépôts et consignations, des organisations syndicales de salariés, d’employeurs et de travailleurs indépendants, du CESER, de la CCI de région, de la Chambre régionale des métiers et de l’artisanat, de personnalités compétentes dans le domaine de l’économie désignées par le Président, un représentant de l’ADEME.

Le CRO se prononce sur la stratégie d’intervention de la BPI en région. Il est en cours de composition.

Jérôme Rousseau, l’actuel directeur régional d’OSEO, sera le directeur général de la BPI pour la Haute-Normandie.

 Des outils et des interventions mutualisés.

Le portail Haute-Normandie Espace Entreprises (www.hn-espace-entreprises.fr) créé par la Région en 2006, sera mis au service de la Banque publique d’investissement comme plateforme d’accueil et d’orientation.

Porte d’entrée unique des entreprises pour déposer leurs demandes d’aides publiques, cette plateforme régionale permet de mettre les entreprises en relation avec le bon interlocuteur et leur propose un accompagnement personnalisé.

La coordination des financements de la Région avec celles de la BPI sera par ailleurs renforcée et des outils d’intervention nouveaux seront mutualisés. Il sera alors possible de proposer de nouveaux services aux entreprises, dans un souci de simplification de leur démarche, afin de leur proposer une réponse rapide et efficace.

Le PS de Seine-Maritime exprime sa solidarité envers les salariés de Pétroplus

Petroplus Bachelay - Nicolas Vincent 

Le PS de Seine-Maritime exprime sa solidarité envers les salariés de Pétroplus et des entreprises sous-traitantes, après le rejet des offres de reprise par le Tribunal de commerce de Rouen.

Durant seize mois, l’intersyndicale a mené un combat exemplaire et utile, qui doit être salué. Ce combat a permis le redémarrage de la raffinerie en 2012 et démontré sa viabilité, rendant crédible une éventuelle reprise. Pour qu’elle devienne possible, le gouvernement actuel a levé tous les obstacles administratifs, proposé d’engager les fonds stratégiques de l’Etat et mobilisé, jusqu’au bout, l’ensemble des services compétents. Mais la reprise ne pouvait intervenir sans l’engagement d’un industriel solide, disposant d’un approvisionnement fiable en pétrole et d’une trésorerie suffisante pour faire face à ses obligations techniques, sociales et environnementales. La décision rendue hier signifie que la justice n’a pas été convaincue par les dossiers présentés, dont l’avocat des salariés a lui-même regretté « les ambiguïtés ». Mais cette décision ne signe pas la fin du combat des Pétroplus.

Durant seize mois, le PS de Seine-Maritime a accompagné les efforts des salariés, par la mobilisation de ses militants et élus, au premier rang desquels Dominique Randon, Maire de Petit-Couronne, et Guillaume Bachelay, Député de la circonscription. Dès l’annonce de la décision du Tribunal, ce dernier a appelé à poursuivre dans la voie suivie jusqu’ici par l’intersyndicale, dont l’unité, le sérieux et la capacité de mobilisation doivent permettre d’ouvrir désormais de nouvelles perspectives. Le PS de Seine-Maritime y prendra sa part, en soutenant les initiatives qui garantiront durablement l’avenir social des familles, le repositionnement industriel du site et la réorientation de la politique européenne du raffinage