Les 16, 17, et 18 octobre : référendum pour l’unité de la gauche !

unnamed (1)

« Face à la droite et l’extrême droite, souhaitez-vous l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales ?»

Du 16 au 18 octobre 2015, chaque citoyenne et chaque citoyen pourra personnellement répondre à cette question. Ce référendum sur l’unité est une initiative de plusieurs partis politiques de gauche dans un moment particulier pour notre pays, où l’extrême droite se banalise et la droite s’extrêmise.

Où voter sur l’agglomération du Havre ?

vendredi 16 octobre de 9 h à 18 h au local de section du Parti Socialiste du Havre
(52 rue de Neustrie au Havre)

samedi 17 octobre de 9 h à 18 h au local de section du Parti Socialiste du Havre
(52 rue de Neustrie au Havre)

samedi 17 octobre de 10 h à midi sur le marché de Sainte-Cécile
(Place de la liberté 76610 Le Havre)

dimanche 18 octobre de 10 h à 13h sur le marché d’Harfleur
(Place d’Armes à Harfleur)

Votre voix compte !

Face aux divisions, il faut défendre l’union car ce sont les régions qui agissent pour votre quotidien. Oui, pendant ces 3 jours, chaque voix compte pour pousser à l’unité de la gauche et des écologistes !

Pourquoi un référendum pour l’unité ?

Parce que chaque citoyenne et chaque citoyen doit pouvoir s’exprimer directement, au-delà des appareils politiques, pour l’unité de la gauche et des écologistes aux élections régionales.
Parce que les Françaises et les Français ont besoin de régions solidaires, humaines et écologiques qui améliorent leur quotidien.
Parce que l’unité de la gauche et des écologistes est le meilleur rempart contre une droite qui veut défaire les régions solidaires et une extrême droite qui veut défaire la République.

Qui peut voter ?

Ce vote est ouvert à toute personne qui se retrouve dans les valeurs de la gauche, des écologistes et de la République.

Meeting de la gauche rassemblée jeudi 18 mars au Havre

Meeting du 2nd tour des élections régionales

Jeudi 18 mars à 20h00

Salle Franklin, Cours de la République, Le Havre

Avec Alain Le Vern,  Laurent Fabius,

Didier Marie, Laurent Logiou, Christophe Bouillon,

Claude Taleb (Europe Ecologie),

Céline Brulin, Jean-Paul Lecoq (Front de Gauche)

Régionales 2010 : La gauche avec une majorité absolue au Havre

Les résultats définitifs sont là. La gauche (PS, PRG, Verts, FdG) obtiennent plus de 52% des voix du Havre. On peut néanmoins regretter la faible participation sur la ville.  C’est une première victoire pour les citoyens de gauche. Il reste un 2nd tour. Dès demain, retrouvons nous  pour montrer la détermination de la gauche autour du PS à faire face au gouvernement et à la politique du maire du Havre. Dimanche prochain, les havrais doivent montrer massivement l’efficacité du bilan et la pertinence du projet d’Alain Le Vern et de son équipe.

Les résultats sur la ville du Havre sont les suivants :

voix Pourcentage
FdG La gauche combative 4571 11,4%
div D Debout la Normandie 2156 5,4%
NPA Tout changer, rien lâcher! 1058 2,6%
Div D Alliance pour la Normandie 317 0,8%
FN Liste Front National les français d’abord soutenue par Marine Le Pen 4285 10,7%
PS A gauche avec Alain Le Vern : j’aime ma région 12038 30,0%
LO Lutte Ouvrière soutenue par Arlette Laguiller 307 0,8%
Modem Haute-Normandie démocrate, liste soutenue par François Bayrou 819 2,0%
Verts Europe Ecologie Haute-Normandie 4305 10,7%
UMP Pour une nouvelle Normandie 9836 24,5%
Parti de la France Pour notre Normandie, nos emplois, notre sécurité, nos familles, nos traditions, notre identité 495 1,2%

Régionales 2010 : Le PS en tête au Havre

Sur une très grande majorité des bureaux du Havre, les résultats sont les suivants :

Front de Gauche 4530 11%
Debout la Normandie 2135 5%
NPA 1044 3%
Alliance pour la Normandie 312 1%
FN 4235 11%

PS

11918

30%

LO 306 1%
MODEM 807 2%
Les Verts 4251 11%
UMP 9645 24%
Parti de la France 489 1%
Front de Gauche 4530 11%
Debout la Normandie 2135 5%
NPA 1044 3%
Alliance pour la Normandie 312 1%
FN 4235 11%
PS 11918 30%
LO 306 1%
MODEM 807 2%
Les Verts 4251 11%
UMP 9645 24%
Parti de la France 489 1%

Dimanche, on vote !

Le 1er tour des élections régionales arrive à grand pas. C’est une bonne occasion pour valider le bilan de la gauche à la région depuis 6 ans avec Alain Le Vern.

Dimanche, ce sera aussi une bonne occasion de valider le projet du Parti Socialiste et du PRG.  Un projet équilibré, proche des hauts-Normands, qui ne promet pas tout pour rien et qui n’utilise pas des robots pour vous joindre au téléphone. C’est un projet plein d’avenir et de proximité  !

Dimanche, ce sera aussi l’occasion de dire stop à la droite. Non pas au niveau national, mais cela permettra de  faire de la région un rempart contre les inégalités croissantes que met en place le gouvernement.

Au Havre, les antidémocratiques machines à voter seront encore là.  Les Socialistes seront présents dans une grande majorité des bureaux de vote havrais pour vérifier le bon fonctionnement en tant que délégué de liste. N’hésitez pas à venir discuter avec eux.

Alors, dimanche votons  Alain Le Vern, Laurent Logiou, Catherine Troallic, Valérie Gibert Thieullent (PRG) et Najwa EL HAITE !

Photos du meeting de campagne à Elbeuf

Laurent Fabius et Martine Aubry étaient au côté d’Alain Le Vern et de ses colistiers mardi soir à Elbeuf. De nombreux havrais étaient dans la salle. Quelques photos du meeting.

Lu dans la presse : Laurent Logiou, directeur de campagne d’Alain Le Vern

hl

POLITIQUE. Le candidat PS, qui dévoile peu à peu son dispositif de campagne, regrette l’autonomie de ses alliés.

Au compte-gouttes, il lance sa campagne avant de donner le véritable coup d’accélérateur, en janvier. Alain Le Vern, le président PS de la Région, en lice pour un troisième mandat, vient de confier la direction de sa campagne à Laurent Logiou, élu havrais et vice-président du conseil régional. Les deux hommes travaillent ensemble depuis des années et Laurent Logiou retrouve ainsi une fonction qu’il occupait déjà lors du dernier scrutin, en 2004.
Le week-end prochain, nouvelle étape dans la logistique de campagne. Alain Le Vern dévoilera le nom de son porte-parole. Sauf surprise, il devrait s’agir de Guillaume Bachelay, le secrétaire national du PS à l’Industrie, adjoint au maire de Cléon et actuellement conseiller général du canton de Caudebec-lès-Elbeuf.

« Machines à broyer »
Tout est prêt du côté d’Alain Le Vern. « Je suis capable de prouver tout ce que je dis et tout ce que j’ai promis, confie-t-il. Je suis serein. » Pas question, pour le candidat, de se laisser émouvoir par l’autonomie décidée par ses alliés depuis douze ans, les Verts, puis les communistes. « Je le regrette car il y a de vrais liens d’amitié avec eux, explique Alain Le Vern. Nous ne sommes pas en désaccord. Mais ils sont victimes de leur machine à broyer. »
Des « machines », qui, aux yeux du candidat, portent un nom. Ou plutôt deux : Daniel Cohn-Bendit pour les écologistes, Marie-George Buffet pour le PCF. « Chacun veut se refaire sur le dos du PS car nos performances médiatiques nationales ne sont pas au top même si nous remportons, un peu partout, les élections partielles », constate Alain Le Vern. Constat d’échec après douze ans de gestion en commun ? « Ce serait le cas si nous étions la seule région dans ce cas, ajoute-t-il. En réalité, les Verts, après leur succès aux européennes, ont dit qu’ils allaient inventer du Cohn-Bendit partout et le PCF, après avoir beaucoup hésité, veut partir seul parce qu’en juin, il a réalisé un score légèrement supérieur à celui de Marie-George Buffet à la présidentielle. »

« La règle à calcul »
Déçu, malgré tout, de voir ses alliés prendre le large alors qu’ils ont voté « toutes les délibérations », Alain Le Vern explique que sa porte restera ouverte jusqu’au 14 février, date du dépôt des listes. Au-delà, c’est le verdict des urnes qui parlera. Celles qui auront obtenu moins de 5 % ne pourront pas fusionner, les autres, entre 5 et 10 %, y seront autorisées. « Nous sortirons alors la règle à calcul », souligne Alain Le Vern, peu enclin, par ailleurs, à faire des concessions sur son programme, « sauf à la marge ».
Stephane Siret

Élections régionales : Les Français ont besoin du rassemblement de la gauche

LOGO_PSÉlections régionales : Les Français ont besoin du rassemblement de la gauche

Le 28 octobre 2009

La politique du gouvernement mêle l’échec à la honte. L’échec sur le terrain économique et social avec un chômage qui n’en finit plus de grimper. La honte avec le lancement d’un soi-disant débat sur l’identité nationale, voué uniquement à hystériser la question de l’immigration à quelques mois des élections régionales.

Aujourd’hui, la droite est faible électoralement dans le pays, mais elle est forte au premier tour d’une élection parce qu’elle est unifiée très largement.

Face à cela, les Français ont besoin d’une gauche rassemblée.

Le Parti socialiste tend la main à toutes les organisations de la gauche qui agit. Les Français nous regardent. Ils savent que nous partageons l’essentiel, la volonté d’un projet de société permettant à la fois l’alternance politique et l’alternative à un capitalisme financier qui conduit notre modèle social et notre planète dans l’impasse. Ils attendent que nous unissions nos forces pour porter ensemble ce projet contre la droite.

Le débat démocratique, projet contre projet, doit avoir lieu entre la gauche et la droite à l’occasion des élections régionales. Le pire serait que, dans ces élections, la gauche subisse des pertes en raison de ses divisions et de son émiettement.

Ces dernières années, partout dans les régions, les Socialistes, les Ecologistes, les Communistes, les Radicaux et les Citoyens, ont appartenu aux mêmes équipes. Ils ont un bilan et peuvent se retrouver sur des propositions communes autour de la question économique, sociale et écologique. À ce titre, le rassemblement de la gauche dès le 1er tour est naturel et constitue la condition première d’une dynamique de victoire.

Toutes les organisations politiques sont libres de déterminer leur stratégie. Mais le Parti socialiste et ses présidents de régions, animateurs pendant cinq ans du rassemblement et de l’action, sont disponibles pour dialoguer avec tous leurs partenaires et construire ainsi la dynamique politique qui permettra de gagner, à la fois pour protéger nos concitoyens et préparer l’avenir.

Communiqué de Claude Bartolone,
Secrétaire national aux relations extérieures